Ecoutez Radio Sputnik
    Mike Pence

    Un colistier de Trump qualifie d'échec la politique américaine à l'égard de la Russie

    © Flickr/ Gage Skidmore
    International
    URL courte
    1312
    S'abonner

    Le gouverneur de l'Indiana Mike Pence, qui a formellement accepté mercredi l'investiture de candidat républicain à la vice-présidence pour l'élection de novembre, a critiqué la politique étrangère de l'administration démocrate.

    Mike Pence, qui se définit comme "chrétien, conservateur et républicain, dans cet ordre", est très critique, par définition même,  à l'égard de la politique de l'administration démocrate. Notamment à l'égard de la Russie. 

    "La politique étrangère de Hillary Clinton et de Barack Obama est un leadership depuis le banc arrière, un recul quant à la ligne rouge dans la politique, une simulation de redémarrage avec la Russie ainsi que la montée et la domination de Daech", a-t-il déclaré devant les délégués de la convention républicaine à Cleveland. 

    Il a également accusé Hillary Clinton et Barack Obama d'un "accord catastrophique avec les mollahs radicaux en Iran". 

    Au début du mandat présidentiel de Barack Obama, l'administration a proclamé la politique de redémarrage à l'égard de la Russie.  Cependant par la suite, les relations entre les deux pays se sont détériorées. En 2014, les Etats-Unis ont introduit des sanctions contre la Russie en raison des divergences sur l'Ukraine.  

    Aux Etats-Unis, l'élection présidentielle aura lieu le 8 novembre prochain. Le candidat républicain Donald Trump devra affronter la démocrate Hillary Clinton.


    Lire aussi:

    Donald Trump choisit Mike Pence comme colistier
    Trump frappe encore lors de la convention nationale du Parti républicain
    Trump accuse Hillary Clinton d'avoir créé Daech
    Tags:
    critiques, redémarrage, Convention du Parti républicain, Parti républicain des Etats-Unis, Donald Trump, Barack Obama, Hillary Clinton, Mike Pence, Cleveland, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik