International
URL courte
8314
S'abonner

Paris est prêt à accorder du temps à Londres pour préparer la négociation de sortie du Royaume-Uni de l'UE, mais souligne que "le plus tôt sera le mieux". Une telle déclaration a été faite jeudi par le président français François Hollande à l'issue de négociations avec la première ministre britannique Theresa May, tenues à l'Elysée.

"Le Royaume-Uni a décidé de sortir de l'Union européenne. C'est son choix, c'est sa responsabilité, et nous respectons cette décision. Nous voulons qu'elle puisse se traduire dans les meilleurs délais, de façon à ce qu'une négociation puisse s'ouvrir", a déclaré le président lors de la conférence de presse.

Theresa May VS Angela Merkel
© AP Photo / Matt Dunham/Geert Vanden Wijngaert
Il ne peut pas y avoir de discussion de pré-négociation avant la négociation, mais il peut y avoir la préparation de cette négociation, a fait savoir monsieur Hollande, tout en soulignant que le plus tôt sera le mieux, et ce, dans l'intérêt commun "de l'Europe, du Royaume-Uni, de nos économies respectives".

Circulation des biens, des services et des personnes

Monsieur Hollande a en outre déclaré que le Royaume-Uni ne devait pas toucher à la liberté de circulation des personnes si elle souhaitait rester dans le marché européen après sa sortie de l'UE.

"C'est le point le plus crucial. (…) Ça sera pour le Royaume-Uni un choix: rester dans le marché intérieur et assumer la libre-circulation ou avoir un autre statut", a souligné le dirigeant français, précisant que si aujourd'hui le Royaume-Uni avait accès au marché commun c'est parce qu'il respectait les quatre libertés que sont la libre circulation des biens, des capitaux, des services et des personnes.

Avenir de La Manche

François Hollande et Theresa May ont déclaré que l'accord franco-britannique règlementant le régime frontalier entre les deux pays des deux côtés de La Manche devait rester en vigueur même après le Brexit.

Le président français a souligné que l'accord en question était mutuellement avantageux et devait rester en vigueur, propos que Mme May a confirmés.

Lire aussi:

Un «confinement très serré» fait partie des scénarios envisagés, selon le gouvernement
La mère de Yuriy accusée d'exploitation de femmes de ménage ukrainiennes, selon Libération
Une vaste filière d’immigrés marocains démantelée en France
Ces SMS de Darmanin qui contredisent sa défense face aux accusations de viol
Tags:
Union européenne (UE), Theresa May, François Hollande, La Manche, Europe, Royaume-Uni, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook