Ecoutez Radio Sputnik
    Des femmes kurdes

    Sous un drapeau rouge, contre Erdogan et Daech

    © AFP 2019 Delil Souleiman
    International
    URL courte
    La lutte contre Daech (229)
    19214
    S'abonner

    Qu'est-ce qui pousse les femmes turques à combattre en Syrie?

    Une académie militaire pour femmes à Damas
    © Sputnik . Valeriy Melnikov
    Les Kurdes sont considérés à juste titre comme une force capable de faire face aux islamistes radicaux. Leur lutte pour la ville de Kobané, que les islamistes n'ont jamais pu conquérir, est un jalon dans l'histoire de la guerre contre Daech. Les femmes, qui combattent aux côtés des hommes, apportent leur contribution à leurs victoires. Chose intéressante: ce sont souvent des Turques et non des Kurdes, et elles partagent des idées de gauche.

    Eylem Atas, une jeune fille turque tuée lors d'un combat contre Daech en Syrie le 28 juin 2016

    Le Rojava ("l'ouest" en kurde), ou Kurdistan occidental, est depuis des années le cadre d'une guerre sanglante entre les milices kurdes et les groupes armés de Daech. Ce sont les unités de protection du peuple (YPG), composées de partisans du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui y jouent un rôle clé, épaulés par les chrétiens locaux (Assyriens, Arméniens, Arabes).

    ​Parallèlement, il existe une autre formation armée, les Unités de protection de la femme (YPJ), qui sont composées de femmes kurdes, yézidi, assyriennes, arabes et arméniennes.

    Un puissant mouvement radical de gauche existe en Turquie depuis les années 1960. Le gouvernement n'a jamais réussi à le vaincre, malgré sa politique dure contre les partis de gauche. Plusieurs organisations préconisant la lutte révolutionnaire considèrent le gouvernement d'Erdogan comme leur ennemi, de même que l'impérialisme américain et Daech.

    ​L'ancien premier ministre, aujourd'hui président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a lui-même provoqué une nouvelle déstabilisation, par sa politique ultraconservatrice. La reprise des hostilités contre le PKK a fait une croix sur la trêve entre Erdogan et les rebelles kurdes, l'un de ses principaux acquis.

    Selon Abdullah Öcalan (leader du PKK, connu sous le nom d'Apo, reclus à perpétuité dans une prison turque), les femmes et les hommes doivent être représentés à parts égales dans toutes les structures.

    Au sein du PKK et de ses unités armées, un système de quotas est adopté. 40% des places sont occupés par les hommes, 40% par les femmes et le reste est ouvert à tous les sexes.

    ​L'afflux des volontaires dans l'armée ne cesse donc pas. Car les femmes kurdes placent leurs espoirs dans la création d'un Etat kurde, promesse d'une amélioration de la situation des femmes au Proche-Orient.

    Dossier:
    La lutte contre Daech (229)

    Lire aussi:

    Les femmes, clé de voûte de la résilience de Daech
    Cette femme que Daech craint comme le feu de l'enfer
    Sibaş İbrahim : j’ai tué 2 combattants de Daech et ça m’a apaisé…
    Des femmes syriennes se lèvent pour combattre Daech
    Tags:
    lutte antiterroriste, femmes, Kurdes, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Forces d'autodéfense kurdes (YPG-YPJ), Etat islamique, Kurdistan syrien, Kurdistan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik