Ecoutez Radio Sputnik
    Une vitre brisée lors de la tentative de putsch à Ankara (18 juillet 2016)

    Les Turcs d'Allemagne se divisent en pour et contre Erdogan

    © REUTERS / Osman Orsal
    International
    URL courte
    Tentative de coup d'Etat militaire en Turquie (201)
    7164

    L'échec du putsch en Turquie, est-ce un succès de la démocratie ou une nouvelle occasion pour les pro-Erdogan d'organiser des provocations contre l'opposition?

    Le coup d'Etat militaire avorté en Turquie n'a laissé personne indifférent parmi les Turcs qui résident en Allemagne. Certains d'entre eux se félicitent du triomphe de la démocratie et d'autres dénoncent les provocations du président turc Recep Tayyip Erdogan.

    Les partisans du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir en Turquie estiment que l'échec du putsch n'a fait que renforcer la position de M.Erdogan, le premier président turc élu au suffrage universel direct.

    Les Turcs d'Allemagne se félicitent du triomphe de la démocratie en Turquie, mais aussi "critiquent les médias allemands qui ont profité de la tentative de putsch pour accuser M.Erdogan de tous les maux", a déclaré à Sputnik Remzi Aru, fondateur et président de l'Alliance des démocrates allemands (Allianz Deutscher Demokraten, ADD).

    M.Aru a rappelé que 650.000 personnes avaient été arrêtées et des centaines de personnes condamnées à la mort lors du putsch de 1980 en Turquie. La récente défaite des nouveaux putschistes a donc permis d'éviter de tels événements en 2016, note-t-il.

    D'après Haluk Yildiz, chef de file de l'Union pour l'innovation et la justice (Bündnis für Innovation und Gerechtigkeit, BIG), la plupart des Turcs soutiennent le régime actuel.

    "Quelque 80% des Turcs allemands soutiennent le gouvernement turc. Nous n'avons pas de résultats de sondages, mais nous savons que deux tiers des Turcs résidant en Allemagne ont voté pour l'AKP. Si on y ajoute d'autres groupes ethniques et nationalistes, on peut affirmer que beaucoup de Turcs soutiennent le gouvernement", a indiqué M.Yildiz.

    Selon lui, la société turque est assez homogène est les excès des premières heures suivant la tentative de coup d'Etat seront vite oubliés.

    "Je ne sais rien sur les menaces (proférées à l'égard des putschistes, ndlr). Les premières 48 heures sans doute ont été pleines d'émotions. Comme les organisateurs des troubles sont connus, les partisans de ces groupes ont peut-être été insultés. Mais je pense que la situation va se calmer. A présent, les discussions sont déjà plus substantielles et la société turque est unie", a-t-il ajouté.

    Toutefois, la Fédération des associations de travailleurs et de jeunes (Demokratik Isçi Dernekleri ve Federasyonu, DIDF), qui réunit les ouvriers allemands originaires de Turquie et du Kurdistan, dénonce les provocations contre les adversaires du président Erdogan en Turquie.

    "M.Erdogan a appelé ses partisans à descendre dans la rue en Turquie et en Allemagne le 17 juillet alors qu'il était déjà clair que la tentative de putsch avait échoué. Ses partisans ont organisé des provocations suite à ces appels. Ils ont attaqué les structures du mouvement Hizmet ("service", accusé par le président turc d'être derrière le putsch raté, ndlr)", a déclaré à Sputnik Hüseyin Avgan, membre du conseil de direction de DIDF.

    Selon M.Avgan, le président turc cherche depuis longtemps à créer des organisations rassemblant ses partisans en Europe pour saper les efforts des structures qui soutiennent l'opposition turque. Il existe déjà une scission au sein de la communauté turque en Allemagne ce qui risque de compliquer la situation dans ce pays d’Europe, d'après lui.

    "Nous voyons déjà des conflits dans les sociétés qui emploient des ressortissants turcs de différentes religions et ethnies. M.Erdogan mène une politique de la division depuis plusieurs années. A mon avis, cette tendance se renforcera après le putsch avorté", a noté M.Avgan.

    "La politique de M.Erdogan est dangereuse pour le Proche-Orient et la Turquie, mais aussi pour l'ensemble de l'Europe", a conclu Hüseyin Avgan.

    Un groupe de militaires a entrepris le 15 juillet une tentative de coup d'Etat en Turquie. L'armée a annoncé avoir pris le contrôle du pouvoir et publié une nouvelle constitution. Mais le lendemain les militaires rebelles ont commencé à se rendre et le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la tentative de putsch avait échoué. Le coup d'Etat avorté a fait 290 morts dont 190 civils et 100 putschistes, ainsi qu'au moins 1.400 blessés. Les forces de l'ordre ont interpellé par la suite plus de 6.000 personnes, y compris des officiers généraux et des officiers supérieurs.

    Dossier:
    Tentative de coup d'Etat militaire en Turquie (201)

    Lire aussi:

    58.000 personnes limogées alors qu'Erdogan continue à purger suite au putsch
    Erdogan pourrait devenir le leader turc le plus puissant depuis l'Empire ottoman
    Erdogan demande à Ayrault de la fermer!
    Erdogan utilise la tentative de coup d'Etat pour changer la constitution turque
    Tags:
    coup d'Etat, démocratie, tentative de putsch en Turquie (2016), mouvement Hizmet (Turquie), Fédération des associations de travailleurs et de jeunes (DIDF) turque, Union pour l'innovation et la justice (BIG) allemande, Alliance des démocrates allemands (ADD), Parti de la justice et du développement (AKP) turc, Hüseyin Avgan, Remzi Aru, Haluk Yildiz, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik