International
URL courte
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)
6106
S'abonner

Tout en laissant à la discrétion du Royaume-Uni la décision sur les termes de sa sortie de l'UE, la Commission européenne déclare que ce pays, une fois en dehors de l'UE, n'accédera au marché intérieur de l'union qu'à condition de respecter les règles communautaires.

Pierre Moscovici
© East News / AP Photo/Yves Logghe
Le président de la Commission européenne a déclaré lundi ne pas "avoir de date limite" pour les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, dans la mesure où il revient à Londres d'enclencher la procédure, selon Reuters.

Jean-Claude Juncker s'est entretenu dimanche soir à l'Elysée avec le président français François Hollande afin de préparer le sommet informel de l'Union européenne à 27 prévu à Bratislava (Slovaquie) le 16 septembre. Le Brexit a été au centre des discussions.

"J'aurais voulu que le Royaume-Uni nous présente sa démission, si vous me permettez l'expression, le plus rapidement possible parce que j'avais pensé que les Britanniques, surtout ceux qui voulaient quitter l'Union européenne, se seraient préparés à cette éventualité", a-t-il rappelé sur France 2.

"Or tel n'est pas le cas. Le gouvernement britannique a besoin de plusieurs mois pour affiner sa position", a-t-il poursuivi. "Nos amis britanniques savent qu'il n'y aura pas de négociations avant la notification de leur lettre d'adieu."

"Je n'ai pas de date limite puisque l'article 50 du Traité qui balise la route vers la sortie ne peut être activé que par le seul Royaume-Uni puisque la Commission ou les autres Etats membres ne peuvent pas l'activer", a souligné le président de la Commission européenne.

Il a réaffirmé, à l'instar du président français, que le Royaume-Uni n'accéderait au marché intérieur de l'UE qu'à la condition du plein respect des règles communautaires.

"C'est le bon sens: pas d'accès au marché intérieur si on n'accepte pas toutes les règles, et sans exception et sans nuance, qui font le propre du système du marché intérieur." 

Le 23 juin, les Britanniques se sont prononcés par référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni au sein de l'UE. Durant ce scrutin, 51,9% des britanniques ont voté pour la sortie de l'UE.

 

Dossier:
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)

Lire aussi:

Le ministre britannique de la Défense se réjouit du Brexit
BREXIT : Paris, nouvelle “City” à la place de Londres ? Soyons sérieux !
Brexit: Hollande d'accord pour laisser le temps à May
Tags:
date butoir, référendum, Commission européenne, Union européenne (UE), Jean-Claude Juncker, François Hollande, Bratislava, Royaume-Uni, Londres
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook