International
URL courte
Les athlètes russes exclus des JO de Rio (58)
3262
S'abonner

Selon le président de la Fédération internationale de hockey, le rapport de la commission indépendante de l'Agence mondiale antidopage (AMA) contient des informations non fondées sur des faits réels.

Le président de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF), le Suisse René Fasel, a critiqué la commission indépendante de l'AMA, sous la direction de Richard Mclaren, qui a enquêté sur l'existence supposée d'un système de dopage aux JO 2014 de Sotchi.

"Dans le rapport de l'AMA, l'on évoque trois représentants de sport de tir, dont les échantillons auraient disparu. Mais cette information est erronée car l'identité de ces trois sportifs a été établie et il s'est avéré qu'ils avaient été disqualifiés en pleine conformité avec les règlements. Ainsi, ce qui est écrit dans le rapport n'est pas entièrement basé sur des faits réels", a déclaré M. Fasel, membre du comité exécutif du Comité international olympique, cité par les médias russes.

Rendu public le 18 juillet, le rapport en question affirme que la Russie aurait élaboré un moyen de remplacer des échantillons d'urine de sportifs et qu'en conséquence 643 tests de dopage des sportifs de 30 disciplines auraient été remplacés entre 2012 et 2015.

A la suite de cette enquête, l'AMA a appelé le CIO à interdire à tous les athlètes russes de se présenter aux prochains JO de Rio. Cependant, dimanche, le comité exécutif du CIO a autorisé les sportifs russes non impliqués dans le scandale de dopage à participer aux compétitions, décision que l'AMA a regrettée.

Dossier:
Les athlètes russes exclus des JO de Rio (58)

Lire aussi:

Poutine: pas de place pour le dopage dans le sport
Dopage: une entreprise suisse remet en cause les conclusions de l'AMA
Dopage: le comité d'organisation des JO de Rio veut des athlètes "propres"
Pourquoi des affiches de l’État sur le pass sanitaire étaient datées de janvier 2020? Explications
Tags:
Russie, René Fasel, Agence mondiale antidopage (AMA), Comité international olympique (CIO), JO 2016 de Rio de Janeiro, dopage, sport
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook