International
URL courte
La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)
68788
S'abonner

Levée des sanctions antirusses et reconnaissance du rattachement de la Crimée à la Russie, autant de questions que promet d'examiner Donald Trump s'il était élu à la tête des Etats-Unis.

Le candidat républicain à la présidence américaine, Donald Trump, a déclaré le 27 juillet lors d'une conférence de presse diffusée en direct par les chaînes américaines, son empressement d'examiner la reconnaissance de la Crimée en tant que partie intégrante de la Russie.

A la question de savoir s'il était prêt à reconnaître la Crimée et à examiner la levée des sanctions infligées à la Russie suite à la réunification avec la péninsule, le candidat à la présidentielle a déclaré:

"Nous l'examinerons. Oui, nous examinerons", sans pourtant entrer dans les détails.

Une déclaration curieuse, puisque le programme officiel du Parti républicain des Etats-Unis prévoit le maintien et même un éventuel durcissement des sanctions antirusses ainsi que la non-reconnaissance de la Crimée russe.

La Crimée et la ville de Sébastopol sont redevenues russes à l'issue d'un référendum tenu en mars 2014 dans le sillage de la crise politique en Ukraine consécutive au renversement du président Viktor Ianoukovitch. Lors du scrutin, dont les résultats ne sont pas reconnus par la communauté internationale, plus de 96% des votants se sont prononcés en faveur du rattachement à la Russie.

Dossier:
La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)

Lire aussi:

La Crimée reconnue de facto russe par Berlin, Kiev fulmine
La Crimée bientôt reconnue russe par la Ligurie ?
Crimée : reconnaissance internationale dangereuse pour l'Europe (Merkel)
La reconnaissance de la Crimée, condition sine qua non de l'aide russe à l'Ukraine
Tags:
reconnaissance, sanctions, candidats, élection présidentielle, Présidentielle américaine 2016, référendum en Crimée (2014), Parti républicain des Etats-Unis, Donald Trump, Crimée, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook