International
URL courte
3710
S'abonner

Depuis la tentative de coup d'Etat du 15 juillet, le président Recep Tayyip Erdogan multiplie les purges tous azimuts. Plus d'une centaine de médias ont été fermés notamment.

Cumhuriyet rapporte que les mesures répressives ont déjà frappé 16 chaînes de télévision, 23 radios, 45 journaux, 15 revues, 29 maisons d'éditions et trois agences d'information. 

Des journalistes signalent que la fermeture des médias s'effectue dans le cadre de la loi martiale instaurée en Turquie après une tentative de coup d'Etat. 

Les Etats-Unis ont réagi à ce  comportement d'Ankara. Le porte-parole du département d'Etat américain John Kirby a déclaré lors d'un point de presse que les interpellations de journalistes en Turquie étaient une tendance inquiétante et un obstacle aux "débats politiques légitimes" au sein de la société. 

"Nous considérons les interpellations comme la poursuite d'une tendance inquiétante utilisée par les services d'ordre et les organes judiciaires en vue d'empêcher des débats politiques légitimes", a dit le porte-parole, cité par Reuters

Le 19 juillet, le régulateur turc des médias audiovisuels avait retiré leur licence à de nombreuses chaînes de télévision et de radio soupçonnées de soutenir le réseau du prédicateur Fethullah Gülen. 

Lundi 25 juillet, la justice turque a émis des mandats d'arrêt contre 42 journalistes. Mercredi 27 juillet, la même mesure a frappé  47 ex-employés du quotidien Zaman.


Lire aussi:

58.000 personnes limogées alors qu'Erdogan continue à purger suite au putsch
Turquie: mandats d'arrêt contre 47 journalistes
Turkish Airlines limoge 211 employés après le putsch en Turquie
La Turquie lance des mandats d'arrêt contre 42 journalistes
Tags:
Turquie, Recep Tayyip Erdogan, John Kirby, tentative de putsch en Turquie (2016), médias, fermeture
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook