Ecoutez Radio Sputnik
    Des femmes et des enfants sauvés des griffes de Boko Haram, Nigeria

    Boko Haram forme 50 enfants kamikazes en l'espace de six mois

    © AP Photo / Jossy Ola file
    International
    URL courte
    1112

    Les terroristes du groupe Boko Haram ont "formé" une cinquantaine d'enfants à perpétrer des attentats-suicides au cours des derniers six mois.

    Sur cette période, ces kamikazes nouvellement "entraînés" ont perpétré une série d'attaques dans quatre pays africains, affirme le secrétaire général adjoint de l'Onu aux affaires humanitaires Stephen O'Brien, cité par la chaîne BBC.

    Au Nigéria, il s'agissait "un acte de violence sans précédent", fustige M. O'Brien, précisant que 2,8 millions de personnes ont été déplacées et neuf millions requièrent une aide humanitaire à cause de l'activité des extrémistes. Par exemple, dans l'Etat nigérian de Borno, auparavant contrôlé par Boko Haram, 250.000 enfants souffrent de famine.

    Selon l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International, au total, au moins 2.000 enfants sont entre les mains des terroristes qui les utilisent en tant que combattants, esclaves sexuels ainsi que pour effectuer toutes sortes de travaux.

    Le 7 mars 2015, Boko Haram a prêté allégeance à Daech, ce que ce dernier a reconnu officiellement cinq jours plus tard. Le groupe a abandonné son ancien nom et a formé officiellement une "province" de Daech.

    Le groupe Boko Haram, qui a été créé en 2002, est basé principalement au Nigéria. Il se fixe pour objectif d'instituer la charia et de lutter contre l'influence de l'Occident dans ce pays.

    Lire aussi:

    Les enfants kamikazes, la nouvelle arme de Boko Haram
    Al-Qaïda: démantèlement d'un camp d'entraînement d'enfants-kamikazes en Irak
    Cinq centres d'entraînement de terroristes de Daech opérationnels au Kosovo
    Le mythe de l'opposition "modérée" dissipé, le masque US tombe
    Tags:
    terrorisme, violences, aide humanitaire, kamikaze, enfants, Boko Haram, ONU, Stephen O'Brien, Nigeria
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik