International
URL courte
Menace terroriste en Europe (341)
2220
S'abonner

Le nombre de personnes accusées d'islamisme en Allemagne est passé de 8 à 190 en seulement deux ans.

Le Parquet général d'Allemagne a accusé 190 radicaux d'islamisme dans le cadre de 130 enquêtes pénales lancées en 2016 alors que seulement huit personnes ont fait l'objet de cinq enquêtes pénales ouvertes au début de 2014, a annoncé vendredi le journal allemand Focus Online se référant au procureur fédéral.

En 2015, la justice allemande a ouvert 50 enquêtes contre 80 islamistes présumés. Ces statistiques ne tiennent pas compte des procès lancés au niveau régional.

Parmi ces personnes figurent des citoyens allemands ayant combattu en Irak et en Syrie aux côtés des terroristes. Quinze personnes ont déjà été condamnées pour participation à des activités terroristes à l'étranger.

Selon le Département fédéral de la police criminelle, les services secrets allemands surveillent environ 450 islamistes représentant une menace terroriste.

Deux attentats revendiqués par le groupe terroriste Etat islamique (EI ou Daech) ont frappé l'Allemagne la semaine dernière. Le 18 juillet, un réfugié de 17 ans armé d'une hache et d'un couteau a attaqué les passagers d'un train régional assurant la liaison entre les villes de Treuchtlingen et de Würzburg. L'attaque du jeune homme, qui serait originaire d'Afghanistan, a fait 15 blessés. Le 24 juillet, un Allemand d'origine syrienne de 27 ans a organisé une explosion au centre de la ville d'Ansbach, en Bavière. Il a actionné une charge explosive vers 22 heures près de l'entrée d'un festival de musique. L'extrémiste a été tué par la déflagration et 15 autres personnes ont été blessées.

Dossier:
Menace terroriste en Europe (341)

Lire aussi:

Attaques en série en Allemagne: Merkel sous pression
Allemagne: ce qu’il faut savoir sur l’attentat d’Ansbach
Migrants: la Bavière menace Merkel de saisir la justice
Attaque à la hache: l'agresseur a laissé une "note de suicide"
Tags:
islamistes, terrorisme, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook