Ecoutez Radio Sputnik
    Turin, chef-lieu de la région du Piémont

    Une cinquième région italienne s'oppose aux sanctions antirusses

    © Flickr/ Weltenkreuzer
    International
    URL courte
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)
    2492
    S'abonner

    Après les régions de la Vénétie, de la Lombardie, de la Ligurie, et de la Toscane, celle du Piémont dit non aux sanctions antirusses. Est-ce que le premier ministre italien Matteo Renzi écoutera les avis de ces régions?

    Le Parti démocrate italien, qui est actuellement au pouvoir, a la majorité au parlement piémontais, la résolution condamnant les sanctions antirusses est donc un signe important pour le premier ministre.

    L'Italie est épuisée par les sanctions, a déclaré Alessandro Benvenuto, conseiller régional du parti "La Ligue du Nord" dans le Piémont, dans une interview accordée à Sputnik-Italia.

    "Nous avons soumis notre projet de résolution en novembre 2015, mais La Ligue du Nord est un parti d'opposition, c'est pourquoi il n'est pas encore examiné. Cette fois, notre proposition a été approuvée par presque tous les partis du parlement du Piémont. Théoriquement, cela oblige le président de la région Chiamparino à prendre les mesures nécessaires pour résoudre cette question", a-t-il déclaré.

    Cependant, M.Benvenuto est convaincu que les autorités n'écouteront pas la voix du Piémont.

    "En ce qui concerne le premier ministre Matteo Renzi et le Parti démocrate, je pense qu'ils ne feront rien car l'Italie n'est pas encore capable de résister à Bruxelles et n'a pas de volonté politique pour le faire", a-t-il constaté.

    M.Benvenuto a également expliqué pourquoi cette résolution, qui n'a pas de valeur juridique, est néanmoins très importante.

    "Tout d'abord nous soulignons que nous nous prononçons contre les sanctions antirusses. Ensuite, il nous faut protéger le secteur agricole de la région qui souffre de ces sanctions. Bien que notre résolution n'ait pas de valeur juridique, elle est très importante sur le plan politique. Plusieurs régions italiennes ont déjà adopté de telles résolutions, ce qui contredit à la politique du gouvernement de M.Renzi. On a besoin de changement au niveau géopolitique", a-t-il précisé.

    Selon M.Benvenuto, le fait que les sanctions inquiètent les Italiens est beaucoup plus important que toutes ces résolutions.

    Dossier:
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)

    Lire aussi:

    Berlin et Vienne prônent la levée progressive des sanctions antirusses
    Sanctions antirusses: la Maison Blanche appelle l'Europe à se résigner aux difficultés
    Chypre adopte une résolution sur la levée des sanctions contre la Russie
    Tags:
    sanctions antirusses, résolution, sanctions, Alessandro Benvenuto, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik