Ecoutez Radio Sputnik
    Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou

    Netanyahou accuse l'Europe de soutenir les ONG appelant au boycott d'Israël

    © Sputnik . Sergey Guneev
    International
    URL courte
    50973
    S'abonner

    Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a accusé une série des pays européens de financer des organismes qui refusent de reconnaître l’Etat juif et appellent à le boycotter.

    Parmi les soutiens de ces structures, le chef du gouvernement israélien a nommé la France et a promis d'envoyer à Paris les résultats de l'enquête quand elle sera terminée.

    "J'ai ordonné d'effectuer les premières vérifications au cours desquelles on a découvert des faits qui illustrent le soutien de la part de plusieurs pays européens, y compris la France, à des organismes qui sont engagés dans la provocation, appellent à boycotter Israël et refusent son droit à exister. Nous terminerons bientôt la vérification et présenterons les résultats au gouvernement français", a déclaré M.Netanyahou lors de la réunion du gouvernement.

    "Nous discuterons avec eux cette question, puisque la terreur est partout la même, ainsi que la provocation qui a envahi le monde entier, et la réaction de la part des gouvernements doit être unie dans la mesure du possible".

    Ce n'est pas la première fois que M.Netanyahou accuse des pays étrangers de soutenir les organismes à but non lucratif de gauche qui se prononcent pour l'arrêt de l'occupation des territoires palestiniens. Auparavant, en juillet, le parlement d'Israël, où la majorité appartient à la droite, a adopté une loi qui oblige les organismes à but non lucratif qui obtiennent plus de la moitié de leur financement du gouvernement français, à en informer l'Etat hébreux et à indiquer ce fait dans les documents officiels.

    Lire aussi:

    Netanyahu rejette l'initiative de paix française
    Netanyahu a refusé de rencontrer Obama
    Tags:
    financement, Benjamin Netanyahu, Israël, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik