International
URL courte
301517
S'abonner

Selon la déclaration de Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), les Etats-Unis ont procédé à des frappes aériennes contre les positions du groupe terroriste Daech dans son fief à Syrte. Les frappes ont commencé à la demande du GNA libyen.

Selon l'AFP, le chef du GNA libyen a annoncé le début des frappes aériennes américaines lors d'une allocution télévisée. Fayez al-Sarraj souligne que les premières frappes aériennes américaines sur les positions précises de Daech ont eu lieu ce lundi. Les djihadistes ont ainsi subi de lourdes pertes à Syrte, à 450 kilomètres à l'est de Tripoli, ajoute le chef du GNA libyen.

La Libye
© REUTERS / Esam Omran Al-Fetori
Le Pentagone a pour sa part confirmé le début des frappes aériennes contre Daech. L'AFP cite le porte-parole du Pentagone Peter Cook qui indique dans un communiqué qu'à la demande du GNA libyen, les forces armées américaines ont effectué des frappes précises contre les cibles de Daech à Syrte en Libye.

Les terroristes de Daech gardent le contrôle de plusieurs sites stratégiques dans la ville de Syrte, précisément l'université, l'hôpital principal et la salle de conférences Ouagadougou où ils peuvent stocker des munitions et des matériels en grand nombre, annonce l'agence Reuters.

Selon la déclaration de M.Cook citée par l'agence Reuters, les forces liées au GNA libyen ont réussi à libérer une partie du territoire dans les environs de Syrte, et dans cette situation, les frappes américaines supplémentaires continueront de cibler les positions de Daech dans cette ville afin de donner au GNA libyen la possibilité d'effectuer une avancée décisive.

Lire aussi:

Libye: 34 loyalistes tombent dans les combats contre Daech à Syrte
Une mobilisation totale proclamée en Libye
Libye: les forces progouvernementales sont entrées dans Syrte, fief de l'EI
Libye: l'armée libère une base aérienne stratégique près de Syrte
Tags:
frappe aérienne, Fayez el-Sarraj, Libye, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook