International
URL courte
4161
S'abonner

Depuis des années, les groupes terroristes comme Daech utilisent Internet et les réseaux sociaux pour recruter et diffuser leur propagande. Les géants du Web élaborent de nouvelles contre-attaques.

Près d'un demi-million d'adolescents et de jeunes adultes ayant posté un contenu avec des termes comme "charia" ou "moudjahidine" ont commencé à voir des vidéos d'animation apparaître sur leur fil Facebook.

La société mère de Google, Alphabet, a lancé un projet en collaboration avec Facebook et Twitter visant à combattre la propagation des idées intégristes en utilisant des vidéos d'animation, rapporte le Wall Street Journal.

Les spots anti-terroristes ciblent les adolescents et jeunes adultes musulmans via différents approches afin de déterminer laquelle fonctionne le mieux pour endiguer la radicalisation. L'efficacité sera déterminée selon le nombre de vues et le caractère des commentaires. Finalement, la vidéo-vainqueur sera promue dans les réseaux sociaux.

Les autorités américaines affirment que les matériaux extrémistes diffusés dans les réseaux sociaux ont incité les organisateurs des attentats terroristes de Nice et d'Orlando à commettre des massacres, note le journal. C'est dans ce contexte que les géants des technologies ont décidé de lutter activement contre la propagande radicale.

Lire aussi:

Boko Haram forme 50 enfants kamikazes en l'espace de six mois
Les enfants kamikazes, la nouvelle arme de Boko Haram
Daech enrôle de plus en plus d'enfants kamikazes
Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
Tags:
terrorisme, radicalisation, dessin animé, Facebook, Inc, Google
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook