International
URL courte
Crise migratoire (été 2016) (86)
2241
S'abonner

Afin de protéger son pays de la menace terroriste, le président tchèque Milos Zeman prône une solution radicale: fermer les portes de la république aux réfugiés.

Le président tchèque Milos Zeman juge dangereux l'accueil de réfugiés, car ils représentent selon lui une menace terroriste pour la république.

"Le président tchèque se prononce contre toute option d'accueil des réfugiés sur le territoire tchèque", a déclaré le porte-parole de Milos Zeman. "Notre pays ne peut pas se permettre des risques qui peuvent dégénérer en attentats comme ceux survenus en France et en Allemagne".

Le gouvernement de l'ancien premier ministre tchèque Bohuslav Sobotka a accepté d'accueillir 80 réfugiés syriens provenant des centres pour réfugiés de Turquie.

"En accueillant des réfugiés, nous avons créé un terreau fertile pour des attaques barbares sur le territoire tchèque", a souligné le porte-parole.

La république ne doit pas, selon le président, procéder à l'accueil de ces 80 réfugiés. En outre, Prague ne peut pas accueillir 2.691 migrants malgré l'accord conclu par les pays membres de l'UE.

"Les députés de la chambre basse du parlement et les sénateurs doivent se prononcer à propos de ces engagements (envers l'UE)", a ajouté le porte-parole.

Dossier:
Crise migratoire (été 2016) (86)

Lire aussi:

3 minutes dans le smartphone d'un réfugié
Un réfugié syrien tabassé par un conducteur de bus suédois
Des villes allemandes sortent leur "Réfugié pour les nuls!"
Accueillir dix réfugiés? Ce village préfère verser 300.000 USD
Tags:
accueil, centre d'accueil, réfugiés syriens, crise migratoire, Milos Zeman, Bohuslav Sobotka, République tchèque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook