Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    Erdogan accuse l'Occident de soutenir le terrorisme et les coups d’État

    © AP Photo / Petros Karadjias
    International
    URL courte
    886411
    S'abonner

    Le chef d’État turc ne mâche pas ses mots en évoquant les relations avec les États-Unis et la mise en place des accords avec l'UE.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé mardi les pays occidentaux de "soutenir le terrorisme et les coups d’État" en leur reprochant notamment de ne pas avoir condamné assez fermement la tentative de putsch le mois dernier en Turquie.

    Dans un discours prononcé au palais présidentiel à Ankara, Erdogan a en particulier dénoncé le refus de Washington d'extrader le prédicateur Fethullah Gülen, présenté comme le commanditaire du coup de force et qui vit en exil aux États-Unis depuis 1999. Ce dernier a démenti toute responsabilité et dénoncé la tentative de coup d’État.

    "Quel genre de partenaire stratégique sommes-nous si les Etats-Unis n'extradent pas Gülen malgré nos demandes répétées?", s'est interrogé Erdogan.

    Indiquant qu'il ne manifesterait "aucune pitié" pour les putschistes, le président turc a déclaré qu'il lui faudrait réorganiser complètement l'armée turque et les services de renseignement pour éviter qu'ils ne soient à nouveau "infiltrés" par les partisans de Gülen.

    Erdogan s'est aussi montré virulent envers l'Union européenne, qu'il a accusée de ne pas avoir tenu sa promesse d'exempter de visa les ressortissants turcs voulant se rendre sur son territoire, comme elle s'y était engagée dans le cadre de l'accord visant à contrôler l'afflux de réfugiés et migrants en Europe.


    Lire aussi:

    Un millier de manifestants à Boston pour exiger l'extradition de Gülen
    La Turquie fera tout son possible pour obtenir l'extradition de Gülen
    Le "bras droit" de Fethullah Gülen interpellé en Turquie
    Un neveu de Fethullah Gülen arrêté en Turquie
    Tags:
    putsch, accusations, extradition, terrorisme, Union européenne (UE), Fethullah Gülen, Recep Tayyip Erdogan, Ankara, Turquie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik