Ecoutez Radio Sputnik
    Un avion de Thomson Aitways

    Prise pour une terroriste dans un avion parce qu'elle lisait un livre sur l'art syrien

    © Flickr / Andrew Thomas
    International
    URL courte
    9417

    Une passagère d'un vol Turquie - Royaume-Uni de la Thomson Airways a été interpellée à l'arrivée à l'aéroport de Doncaster pour son "comportement suspect" signalé par un membre de l'équipage.

    Faizah Shaheen, psychologue âgée de 27 ans, qui rentrait de lune de miel, a ouvert un livre sur la culture syrienne dans l'avion sans se rendre compte que ce geste était susceptible de faire d'elle une terroriste aux yeux d'un membre de l'équipage, rapporte The Independent.

    A l'atterrissage, Mme Shaheen a été accueillie par la police du comté du Yorkshire du Sud, qui l'a emmenée pour un interrogatoire. Les policiers lui ont demandé de décliner son identité et les raisons de son voyage en Turquie avant de la relâcher une quinzaine de minutes après.

    ​Le livre à l'origine de la mésaventure est intitulé Syria Speaks: Art and Culture from the Frontline. Il est signé par Malu Halasa, Zaher Omareen et Nawara Mahfoud, qui ont réuni des essais, nouvelles, poèmes et photographies de différents artistes syriens.

    Ironie du sort, Faizah Shaheen travaille pour la NHS, le système de santé publique du Royaume-Uni, auprès d'adolescents mentalement fragiles, notamment pour éviter des phénomènes de radicalisation.

    La compagnie aérienne a pour sa part déclaré qu'elle pouvait comprendre la frustration de la jeune femme, tout en soulignant que les équipes de la Thomson Airways étaient "formées pour signaler tout problème, par précaution".

    Lire aussi:

    La plus grande base de données sur le terrorisme a fuité
    Pourquoi le Brexit ouvrira la voie au terrorisme
    Terrorisme en Syrie: les révélations choc d’un haut fonctionnaire iranien
    Tags:
    compagnie aérienne, lutte antiterroriste, avions, terrorisme, police, Thomson Airways, Royaume-Uni, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik