International
URL courte
13441
S'abonner

Le mois d'août n'est pas le mois de la chancelière allemande, en baisse dans les sondages d'opinion.

47% d'Allemands seulement sont satisfaits de son activité, soit une baisse de 12% par rapport au mois de juillet, annoncent l'agence Bloomberg et le magazine Focus citant la recherche DeutschlandTrend divisée sur la chaîne allemande ARD, précisant que 59% du mois dernier représentaient un soutien record depuis septembre 2015.

Selon Focus, la chute est due à la série d'attaques qui ont secoué l'Allemagne en juillet. Le 18 juillet à Wurzbourg, un réfugié a attaqué à la hache les passagers d'un train. Le 22 juillet à Munich, un allemand d'origine iranienne a fusillé 9 personnes. Le 24 juillet à Reutlingen, un demandeur d'asile syrien armé d'une machette a tué une femme enceinte. Et dans la nuit du 25 juillet un autre réfugié d'origine syrienne s'est fait exploser, blessant 12 personnes. 

Mais cette baisse fait un heureux: son allié au sein de l'alliance gouvernementale entre l'Union chrétienne-sociale (CSU) et l'Union chrétiens-démocrates (CDU) et premier ministre de la Bavière Horst Seehofer. Celui-ci effectue un retour en force, passant de 11 à 44% d'opinion favorable. Horst Seehofer est l'un des adversaires les plus ardents de la politique de Mme Merkel sur les migrants, vivement critiquée par ses compatriotes (65% de mécontents).

Les élections législatives allemandes se tiendront en août ou en septembre 2017. 

Lire aussi:

Allemagne: la cote de popularité de la coalition au pouvoir au plus bas
L’échec de la politique d’intégration de l’Allemagne
L'Allemagne reste fidèle à ses principes et maintient son cap sur les réfugiés
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
opinion, attaque, soutien, alliance, chute, législatives allemandes 2017, Union chrétienne-sociale (CSU) d'Allemagne, Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Allemagne, Horst Seehofer, Angela Merkel, Wurtzbourg, Ansbach, Bavière, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook