International
URL courte
Jeux olympiques de Rio de Janeiro (148)
9280
S'abonner

Vendredi 5 aout, à Copacabana, alors que l'événement symbolique qu'est l’arrivée de la flamme olympique animera la ville, les manifestations contre les JO et le président brésilien par intérim Michel Temer se poursuivront.

Les partisans de la présidente de gauche Dilma Rousseff, suspendue de ses fonctions dans le cadre d’une procédure de destitution controversée, profitent de la visibilité planétaire des Jeux Olympiques pour faire entendre leur mécontentement.

@_esaliba pic.twitter.com/21SU0G2UV0

Les manifestants protestent principalement contre la façon dont les autorités ont dépensé l'argent public afin d'organiser l'événement. Il s'agit le plus souvent des anonymes, de professeurs ou de personnels hospitaliers qui demandent plus d'investissements dans les services publics.

​"FORA TEMER" protest outside Olympics Megastore at Copacabana Beach over #Rio2016. fight broke out next to me. Tense pic.twitter.com/pYcVg9GPOc

​Official #Olympic rings in foreground. Massive protest swelling in the street behind them. #Rio2016 #Olympics pic.twitter.com/pYkglXBdGc

Plus tôt dans la journée, l'un des porteurs de la flamme olympique Tarcisio Cisão a baissé son pantalon, dévoilant un string léopard et les mots "Out Temer" inscrit sur les fesses. Il  a rapidement été exfiltré par un agent de l'organisation de Rio 2016 sous les encouragements des spectateurs. 

Des manifestations sont encore prévues lors de la cérémonie d'ouverture.

La veille, des manifestations critiquant le coût des JO avaient déjà perturbé le parcours de la flamme.


Dossier:
Jeux olympiques de Rio de Janeiro (148)

Lire aussi:

Ils ont perdu les clés du stade olympique et entrent à l'aide d'une pince
Une prostituée espère "décrocher l'or" à Rio
Ces animaux qui partageront avec les athlètes le terrain de golf de Rio
Athlètes russes aux JO de Rio: la décision du CIO qualifiée d'illégale par le Tas
Tags:
flamme olympique, manifestation, protestations, Tarcisio Cisão, Michel Temer, Dilma Rousseff, Copacabana, Rio de Janeiro
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook