Ecoutez Radio Sputnik
    Débris du Boeing malaisien abattu dans le Donbass

    Crash du Boeing en Ukraine: la CEDH accepte une plainte contre Kiev

    © AFP 2019 BULENT KILIC
    International
    URL courte
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (293)
    20542
    S'abonner

    La Cour européenne des droits de l'homme a procédé à l'examen d'une plainte déposée contre l'Ukraine par des parents de trois victimes du crash du Boeing malaisien survenu dans le Donbass en juillet 2014.

    Selon le journal russe Kommersant, la plainte a été soumise par quatre citoyens allemands qui indiquent qu'au moment de la catastrophe l'avion se trouvait "sous le contrôle du service ukrainien de transport aérien" et était géré "par une équipe autorisée et qualifiée".

    Cependant, les autorités ukrainiennes ont échoué à protéger les vies de leurs proches faute de ne pas avoir fermé l'intégrité de l'espace aérien au-dessus d'une région en proie à un conflit militaire, estiment les plaignants.

    L'avocat des intéressés Elmat Guimoulla a auparavant fait savoir qu'ils exigeaient que l'Ukraine leur verse une compensation d'un million d'euros.

    Un Boeing 777 de Malaysia Airlines transportant 283 passagers et 15 membres d'équipage s'est écrasé le 17 juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine alors qu'il effectuait un vol d'Amsterdam à Kuala Lumpur. Toutes les personnes qui se trouvaient à bord de l'appareil ont péri. Tous les participants du conflit armé dans le Donbass démentent leur implication dans cette catastrophe.

    Dossier:
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (293)

    Lire aussi:

    Crash du MH17: un député néerlandais accuse Kiev
    La Russie relance l'enquête sur le crash du vol MH17
    La commission néerlandaise présente le rapport sur le crash du vol MH17
    Le rapport sur le MH17 sera présenté plus tard que prévu
    Tags:
    crise en Ukraine, conflit, justice, plainte, crash d'avion, MH17, Boeing 777, Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), Malaysia Airlines, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik