Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants en Allemagne

    Les Allemands veulent rompre l'accord UE/Turquie sur les réfugiés

    © Sputnik . Екатерина Соловьева
    International
    URL courte
    33464
    S'abonner

    Selon un sondage réalisé par l'institut de sondage d'opinion Emnid, une majorité d'Allemands souhaitent que l'Union européenne rompe l'accord sur les réfugiés conclu avec la Turquie.

    Au total, 52% des Allemands se prononcent en faveur d'une telle démarche, alors que 35% s'y opposent.

    En 2015, environ 1,1 millions de réfugiés sont arrivés en Allemagne. Aujourd'hui, l'afflux de nouveaux réfugiés dans le pays s'est réduit au minimum. Cependant, en cas de rupture de l'accord avec Ankara, la crise migratoire pourrait reprendre de plus belle en Allemagne, ce qui serait susceptible d'entraîner des conséquences politiques sérieuses pour Angela Merkel à l'approche des élections au Bundestag.

    66% des sondés sont en outre favorables à la cessation des négociations sur l'adhésion d'Ankara au sein de l'Union européenne en raison des purges lancées en Turquie suite au coup d'Etat militaire avorté.

    L'accord signé entre Bruxelles et Ankara en vue de régler la crise des réfugiés en Europe prévoit que la Turquie surveille mieux ses frontières et accueille les migrants. En échange, l'UE s'est engagée à supprimer les visas pour les ressortissants turcs souhaitant effectuer un séjour court au sein de l'Union européenne.

    Dans le même temps, l'UE doit verser à Ankara 6 milliards d'euros nécessaires pour loger les migrants sur le territoire turc.

    Lire aussi:

    Les pays les plus riches du monde n'hébergent que 9% de migrants
    Le Royaume-Uni ne veut plus de migrants après le Brexit
    Police allemande: des terroristes parmi les migrants arrivés dans le pays
    L'accord UE-Turquie sur les migrants ne tient qu'à un fil
    Tags:
    putsch, crise migratoire, accord, migrants, réfugiés, Institut Emnid, Bundestag, Union européenne (UE), Angela Merkel, Turquie, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik