International
URL courte
Gazoduc Turkish Stream (104)
12486
S'abonner

Le projet russo-turc Turkish Stream avait été gelé sur fond de détérioration des relations russo-turques fin 2015. Mais le réchauffement bilatéral pourrait changer la donne.

Ankara est disposé à réaliser les mesures nécessaires afin de relancer la construction du gazoduc Turkish Stream, a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Il n'y a aucun obstacle à cela", a indiqué le chef de l'Etat, en soulignant l'importance de coopérer avec la Russie, important exportateur de gaz, dans le domaine énergétique.

Fin juillet, le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak a fait savoir que la Russie et la Turquie poursuivaient leurs négociations sur la construction de deux tubes du gazoduc Turkish Stream, dont une sera utilisée pour acheminer du gaz en Europe.

Ce projet est d'autant plus attrayant pour la Russie et pour la Turquie que le prix du transit du gaz via l'Ukraine pourrait augmenter. Aussi Ankara est-il intéressé par un transit direct de gaz russe.

Turkish Stream aurait dû remplacer le projet South Stream mais a été gelé suite à la détérioration des relations russo-turques en novembre 2015. Le projet South Stream était destiné à acheminer du gaz vers la Bulgarie en passant sous la mer Noire et à desservir la Hongrie, l'Autriche et l'Italie. La Russie l'avait abandonné en décembre 2014 en raison de la position hostile de l'Union européenne.

Dossier:
Gazoduc Turkish Stream (104)

Lire aussi:

Quel avantage pour la Turquie de renouer avec Moscou?
Moscou et Ankara examinent la construction du Turkish Stream
South Stream: l'abandon perçu négativement en Bulgarie, Serbie et Autriche
Ankara veut renouer avec Moscou, mais refuse de présenter ses excuses
Tags:
Turquie, Recep Tayyip Erdogan, Turkish Stream, énergie, gazoduc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook