International
URL courte
16247
S'abonner

L’administration du président américain a publié, trois ans après leur entrée en vigueur, ses "lignes directrices internes" justifiant la décision de tuer ou de capturer les terroristes dans tous les coins du monde.

Ce document de 18 pages, daté de 22 mars 2013, met en lumière les aspects bureaucratiques de la guerre des drones sur fond de bombardements au Yémen, au Pakistan, en Somalie et dans d'autres pays. Il montre le processus d'approbation des cibles de frappes chirurgicales contre des terroristes individuels, des groupes de terroristes du deuxième rang, des bâtiments, des objets ou des voitures suspectes quand il ne s'agit pas de personnages de premier plan.

Le président américain, dans l'un de ses discours public cette année, a précisé que ce guide décrit la neutralisation des personnes qui présentent un danger permanent et imminent à l'égard des Etats-Unis et seulement au cas où leur captivité est rendue impossible.

Par contre, le guide ne répond pas aux questions majeures, c'est-à-dire quand, dans quelles circonstances et quelles ressources humaines doivent être utilisées dans le cadre des opérations de liquidation des terroristes présumés.

"Le guide ne contient rien de neuf en matière de standards de lutte anti-terroriste", déplore Jameel Jaffer, directeur adjoint de l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), espérant une définition plus précise des termes "permanent", "imminent", "possible" et "impossible".

A noter que le successeur de l'actuel président américain n'aura pas accès au système mis en place par Barack Obama au sein du Conseil de sécurité nationale (NSC) de la Maison Blanche.

Lire aussi:

Une nouvelle opération du Pentagone passée sous silence par les médias US
La crise syrienne est le défi le plus décevant d'Obama
Enlisement des USA au Proche-Orient: des conseillers d'Obama pointés du doigt
La logique changeante de Washington en Afghanistan
Tags:
terrorisme, playbook, président, guide, Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), Jameel Jaffer, Barack Obama, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook