Ecoutez Radio Sputnik
    îles Spratleys

    Des sites militaires chinois en construction sur des îles contestées?

    © AFP 2019 POOL / RITCHIE B. TONGO
    International
    URL courte
    7302
    S'abonner

    Des images satellites prises récemment indiquent que la Chine a construit des hangars pour avions militaires sur l'archipel Spratleys en mer de Chine méridionale.

    Le New York Times communique que sur les photos prises fin juillet, on ne voit pas d’avions militaires. Toutefois, selon l'analyse du Centre d'études stratégiques et internationales, les hangars en question pourraient abriter "n'importe quel chasseur des forces aériennes chinoises". 

    "Ils sont beaucoup plus épais que les hangars construits à des fins civiles. Ils sont fortifiés afin de résister à une attaque", a dit le porte-parole du Centre Gregory Poling cité par le NYT. 

    Des litiges territoriaux relatifs aux frontières maritimes et zones de responsabilité en mers de Chine orientale et méridionale opposent la Chine et ses voisins: le Japon, le Vietnam et les Philippines. 

    Le 12 juillet la Cour permanente d'arbitrage de La Haye a statué que les revendications territoriales de la Chine en mer de Chine méridionale n'avaient pas de "fondements juridiques". La Cour a affirmé que les territoires contestés de l'archipel Spratleys n'étaient pas des îles et ne pouvaient donc pas former une zone économique exclusive. 

    Pékin, qui avait boycotté les audiences, a déclaré qu'il  "n'acceptait et ne reconnaissait pas" l'arbitrage de la CPA. 


    Lire aussi:

    Des bombardiers stratégiques chinois patrouillent en mer de Chine méridionale
    Mer de Chine méridionale: Pékin hausse le ton face à Washington
    Mer de Chine méridionale: une confrontation sino-américaine pas exclue
    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Tags:
    Cour permanente d'arbitrage (CPA) de la Haye, sites militaires, îles contestées, Philippines, Vietnam, Japon, mer de Chine orientale, Mer de Chine méridionale, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik