Ecoutez Radio Sputnik
    Armements: les USA signent un gros contrat avec l'Arabie saoudite

    Les USA signent un contrat d’armes de 1,15 md avec l'Arabie saoudite

    © Flickr/ U.S. Army Europe Images
    International
    URL courte
    282796136

    Le contrat est censé renforcer la sécurité nationale des Etats-Unis par la voie de l’armement de leurs alliés stratégiques dans le Golfe. "Toujours plus d’armes", une règle peu appliquée dernièrement par les Etats-Unis, alors il faut se rattraper!

    Le Département d'Etat américain a donné son feu vert à la vente d'un important lot d'armements à l'Arabie saoudite. Ainsi, les Etats-Unis s'apprêtent à lui vendre des chars, des véhicules blindés, des mitrailleuses lourdes et des munitions, dont le montant total est estimé à 1,15 milliard de dollars, a déclaré le département américain de la Défense.

    Il s'agit notamment de 130 chars et de 20 véhicules blindés de dépannage et d'autres équipements. 

    La partie américaine estime que cette vente aura des avantages financiers, mais sera en outre particulièrement importante dans le domaine de la coopération  militaire entre les deux pays. 

    "Ce marché permettra d'augmenter le degré d'interaction entre les forces armées de l'Arabie saoudite et des Etats-Unis. Il reflète également  l'engagement des Etats-Unis afin d'assurer la sécurité et la modernisation des Forces armées saoudiennes", annonce le Bureau américain de coopération militaire du ministère de la Défense.

    Les législateurs américains disposent d'un délai de 15 jours afin de bloquer la vente. Pourtant, comme le notent des spécialistes, cela n'arrive que très rarement.

    Lire aussi:

    Les Saoudiens parmi les plus gros donateurs de la fondation Clinton
    Attentats en Allemagne: des Saoudiens impliqués?
    La fin des ventes d'armes britanniques à l'Arabie saoudite, c'est pour quand?
    Tags:
    véhicules blindés de dépannage, contrat, char, armements, Arabie Saoudite, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik