Ecoutez Radio Sputnik
    Centrale nucléaire

    Sécurité nucléaire: des chercheurs russes découvrent une technique inédite

    © Flickr/ jahbalaha
    International
    URL courte
    Technologies Made in Russia (101)
    95192452

    Prévenir les dommages causés aux réacteurs thermonucléaires par le plasma est désormais possible grâce aux scientifiques de la chaire de physique des plasmas de l'Université nationale de recherche nucléaire de Moscou MEPhI (Institut d'ingénierie physique de Moscou), informe le service de presse de l'établissement.

    Des installations thermonucléaires sont aujourd'hui conçues pour produire de l'électricité à partir des réactions thermonucléaires comme celles qui se produisent sur le Soleil. En cas de réussite, l'humanité disposerait d'une source d'électricité pratiquement inépuisable. Le réacteur thermonucléaire international ITER actuellement en construction en France est le plus grand projet dans ce domaine.

    Mais de tels dispositifs sont soumis au risque d'apparition d'arcs unipolaires, qui surviennent entre le plasma thermonucléaire et la première paroi du réacteur tournée vers lui. Ce phénomène peut conduire à la destruction de la paroi du réacteur, à la pollution et au refroidissement du plasma — ce qui est inadmissible lors d'une synthèse thermonucléaire contrôlée. Le mécanisme d'apparition des arcs unipolaires n'a pas encore été totalement exploré, c'est pourquoi les recherches en la matière sont novatrices.

    L'interaction du plasma avec le tungstène, qui fait partie de la composition de la première paroi du réacteur thermonucléaire, a pour résultat le recouvrement de la surface métallique par une immense quantité de filaments de quelques dizaines de nanomètres de diamètre et jusqu'à un micron de longueur, que les chercheurs ont appelés "nano-duvet de tungstène".

    Dmitri Sinelnikov de la chaire de physique des plasmas du MEPhI, actuellement en stage à l'université de Nagoya au Japon, a découvert qu'après l'apparition d'arcs unipolaires apparaissaient des structures ressemblant aux flocons de neige sur le duvet de tungstène. La chaire du MEPhI a alors procédé à des expériences supplémentaires pour découvrir comment de telles structures déterminaient les propriétés du nano-duvet de tungstène sous l'impact des champs électriques de haute tension. Il s'est avéré que de tels "flocons de neige" influençaient en grande partie l'impact du champ électrique.

    "Hormis leur beauté extérieure, les cratères-flocons de neige peuvent aider à mieux comprendre le mécanisme de déplacement de l'arc sur la surface", a noté Dmitri Sinelnikov.

    Selon les auteurs de la recherche, la poursuite de l'étude de ce phénomène permettra de prévenir l'apparition d'arcs unipolaires nuisibles dans les réacteurs nucléaires, assurant ainsi leur exploitation fiable.

    Dossier:
    Technologies Made in Russia (101)

    Lire aussi:

    Des Russes prêts à fournir une alternative à un réacteur thermonucléaire?
    L'Allemagne lance le plus puissant réacteur thermonucléaire du monde
    Le lancement du projet ITER ajourné

    Lire aussi:

    Téhéran modernisera son réacteur à eau lourde avec l’aide de Pékin
    Échec de la mission du robot envoyé à Fukushima1
    Nuit de malheur: retour sur l’accident de Tchernobyl il y a 31 ans
    Tags:
    technologies russes, réacteur thermonucléaire, science, Université nationale de recherche nucléaire (MEPhI), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik