Ecoutez Radio Sputnik
    Le clavier

    "Projet Sauron", ce virus d’espionnage qui effraie la planète entière

    © Flickr/ fortytwenty
    International
    URL courte
    13839

    Les batailles cybernétiques ont subi un tournant sérieux avec l’apparition d’un virus extrêmement puissant connu sous le nom de "Projet Sauron". Les réseaux des gouvernements, des banques, des entreprises de télécommunications et des laboratoires de recherche ont déjà eu affaire à lui, et s'en seraient bien passés.

    Le monde technologique aura-t-il le cran de relever le défi lancé par le virus "Projet Sauron" dont la puissance est digne d'un film d'espionnage? Le journal allemand Die Welt raconte les particularités de cette nouvelle menace cybernétique.

    Les spécialistes du Laboratoire Kaspersky ont déjà détecté la présence de ce virus sur les ordinateurs de plus de 30 organisations différentes en Belgique, en Chine, en Russie et en Suède. Une répartition qui touche différents continents.

    Les experts soulignent que le virus se présente sous la forme d'une construction extrêmement compliquée qui implique plusieurs programmes différents capables de fonctionner indépendamment l'un de l'autre. "Projet Sauron" s'installe sur les ordinateurs via le courriel électronique ou via les cartes mémoire.

    Ce virus exige tellement de dépenses que les spécialistes du Laboratoire Kaspersky et leurs concurrents de chez Symantec estiment qu'il est contrôlé par des représentants des services secrets disposant de budgets conséquents. Selon les experts, le virus ressemble à d'autres projets de services secrets et en particulier des occidentaux.

    Lire aussi:

    Les claviers et souris sans fil sensibles au piratage
    "Des cybercriminels se réjouissent de tout ce qui se passe sur Pokémon Go"
    Iran: le virus américain Stuxnet n'est plus une menace
    La Chine et les USA veulent en finir avec la cyberguerre
    Tags:
    virus informatique, Suède, Chine, Belgique, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik