International
URL courte
Présidentielle 2016 aux Etats-Unis (404)
26626
S'abonner

Le candidat républicain à la présidentielle américaine Donald Trump a fait part de ses projets en cas de défaite dans la course présidentielle. Selon le milliardaire, il prendra de longues vacances.

"Ecoutez, tout ce que je fais, c'est dire la vérité. J'ai mon franc-parler. Et si je n'ai pas assez de votes dans 90 jours en raison du fait que je suis un peu politiquement incorrect, alors ce n'est pas grave. Je retournerai à ma vie, plus que confortable. On verra bien", a-t-il indiqué, intervenant devant ses partisans.

Dans un entretien accordé à CNBC, le milliardaire a précisé qu'il "prendrait de longues et bonnes vacances". Le républicain a également souligné qu'il n'allait pas changer le style de ses discours.

Auparavant, lors d'une intervention devant ses partisans en Floride, Donald Trump avait qualifié le président Barack Obama de "créateur" du groupe terroriste Etat islamique (EI ou Daech).

Ce n'était pas la première fois que Donald Trump accuse les militants du parti démocrate d'être les fondateurs de Daech. Dans un discours, Donald Trump avait évoqué les rapports entre l'activité d'Hillary Clinton au poste de secrétaire d'Etat et l'épanouissement inédit de l'extrémisme, en particulier le renforcement des islamistes au Proche-Orient et en Afrique du Nord

Les élections présidentielles aux Etats-Unis se tiendront le 8 novembre 2016.

Dossier:
Présidentielle 2016 aux Etats-Unis (404)

Lire aussi:

L’empire contre-attaque: les agendas secrets des élites sous la menace de Trump
Trump VS. Clinton lequel des candidats serait mieux pour le reste du monde?
Insatisfait par Clinton et Trump, cet agent de la CIA se présente aux élections US
Trump promet d’enterrer le Partenariat transpacifique
You're in the army now: Trump bientôt sous les drapeaux?
La vidéo de Clinton contre Trump et Poutine agite la twittosphère
Tags:
défaite, vacances, Donald Trump, Hillary Clinton, Barack Obama, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook