Ecoutez Radio Sputnik
    Iran view. (File)

    "Le village des lilliputiens" en Iran garde ses secrets

    CC0 / Pixabay
    International
    URL courte
    0 151
    S'abonner

    Dans l'est de l’Iran, dans la province du Khorasan du sud, à 20 kilomètres de la frontière avec l’Afghanistan, se trouve le village de Makhunik entouré de montagnes. Cette localité éloignée a été baptisée le "village des lilliputiens". Qu’est-ce qui se cache derrière ce nom mystérieux?

    La région qui abrite le village de Makhunik ne peut pas bouleverser l'imagination des visiteurs: les couleurs y sont modestes, et les petites maisons ressemblant aux champignons semblent être perdues parmi les montagnes.

    ​Si nous observons ce village d'une montagne voisine, nous remarquerons tout de suite ces petites maisons-champignons avec des embrasures étroites. Un visiteur étonné pourrait se sentir comme Gulliver ici… D'ailleurs, les habitants locaux actuels ne sont pas des nains.

    ​D'où vient alors cette histoire de lilliputiens? C'est le passé de Makhunik, fondé il y a 1.500 ans, qui l'a rendu célèbre en tant que village des nains. Selon la légende, à l'époque, la taille des habitants ne dépassait pas un mètre. Le résultat d'unions conjugales consanguines ou de nourriture faible en vitamines? La mauvaise qualité de l'eau potable aurait pu être une des causes.

    ​Aujourd'hui, près de 700 personnes habitent dans ce village. La vie quotidienne des résidents locaux est calme et conservatrice. Les signes du passé restent présents dans le village: les maisons continuent de garder des éléments de l'architecture néolithique. Makhunik a son école et sa mosquée.

    Lire aussi:

    Les USA nient l'existence d'un accord secret sur le nucléaire iranien
    Le plus célèbre graffeur iranien lance un appel à la paix
    Terrorisme en Syrie: les révélations choc d’un haut fonctionnaire iranien
    Un nombre record de femmes au parlement iranien
    Tags:
    villages, montagnes, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik