Ecoutez Radio Sputnik
    Incirlik

    Les armes nucléaires US en Turquie risquent de tomber dans les mains des terroristes

    © AFP 2018 Tobias Schwarz
    International
    URL courte
    113516

    Dans un rapport publié par le think-tank Stimpson Center, des experts se disent préoccupés par le sort des armes nucléaires américaines stockées en Turquie.

    Les armes nucléaires américaines stockées sur la base aérienne d'Incirlik en Turquie risquent de tomber entre les mains de terroristes ou d'autres forces hostiles, annonce un rapport du groupe de réflexion apolitique Stimson Center.

    Suite au putsch avorté du 15 juillet en Turquie, les experts estiment  qu'en cas de crise prolongée dans ce pays, il n'est pas du tout sûr que les Etats-Unis puissent maintenir le contrôle sur leurs 50 bombes nucléaires B-61 stockées à Incirlik. 

    "D'un point de vue sécuritaire, stocker approximativement cinquante armes nucléaires américaines sur la base aérienne d'Incirlik revient à jouer à la roulette russe", indique la co-auteure du rapport Laicie Heeley.

    "Il y a des garde-fous importants (…) mais ce ne sont que des dispositifs de protection, cela n'élimine pas le risque. Dans le cas d'un coup d'Etat, on ne peut pas dire avec certitude que nous aurions été capables de garder le contrôle", a-t-elle ajouté.

    Toutefois, certains experts américains se veulent plus rassurants.

    Kori Schake, de l'institution Hoover, a relevé dans le New York Times que ces armes "ne peuvent pas être utilisées sans codes, les rendant impossible à activer sans autorisation".

    "Le fait que les armes nucléaires sont stationnées en Turquie ne les rend pas vulnérables (…), même si le pays (la Turquie, ndlr) en venait à être hostile envers les Etats-Unis", a-t-elle tempéré.

    Lire aussi:

    Berlin renforcera la sécurité de ses soldats à Incirlik
    "Incirlik est un grand obstacle sur la voie de l'indépendance"
    De jeunes Turcs en colère près de la base aérienne d'Incirlik
    Tags:
    armes nucléaires, B-61, Turquie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik