Ecoutez Radio Sputnik
    Crimée

    Attentats en Crimée: Kiev recherche bouc émissaire désespérément

    © Sputnik . Sergey Malgavko
    International
    URL courte
    Prévention des incursions en Crimée (17)
    26648

    Le service de contre-espionnage ukrainien préparait des attentats en Crimée, et Moscou dispose de preuves à ce sujet. Toutefois, Kiev tente de se disculper en faisant porter le chapeau aux extrémistes.

    La Russie possède des preuves indéniables confirmant que Kiev préparait des attentats en Crimée, a déclaré hier le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, ajoutant que Moscou était prêt à les transmettre à ses partenaires occidentaux.

    Bien que les autorités ukrainiennes continuent à faire la sourde oreille et à démentir toute implication, il devient de plus en plus difficile de la nier. Dans ces circonstances, Kiev pourrait renvoyer la balle aux extrémistes, révèle une source militaire proche de l'enquête lancée par l'Ukraine et citée par le quotidien russe Kommersant.

    "Notre stratégie de défense sera apparemment la suivante: des patriotes radicaux ont décidé à leurs risques et périls de devenir célèbres en accomplissant des +exploits+ en Crimée. L'Etat ukrainien n'a aucun rapport à leurs actions", a-t-il affirmé.

    Dans la nuit du 7 au 8 août, des unités spéciales du ministère ukrainien de la Défense ont entrepris une percée en Crimée, mais l'attaque a été déjouée. Deux militaires russes ont trouvé la mort lors de l'opération de neutralisation des saboteurs.

    Les saboteurs ukrainiens avaient pour but de porter atteinte à l'activité touristique criméenne. Pour ce faire, ils planifiaient d'organiser une série d'explosions afin de semer la terreur parmi les voyageurs.

    Dossier:
    Prévention des incursions en Crimée (17)

    Lire aussi:

    Situation en Crimée: Porochenko veut discuter avec Poutine
    Sabotage ukrainien en Crimée: les USA demandent de s'adresser à Kiev
    Tags:
    saboteur, attentat, Crimée, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik