Ecoutez Radio Sputnik
    La base militaire d'Incirlik

    Que se passera-t-il si les terroristes accèdent aux bombes US sur la base d'Incirlik?

    © Flickr/ US Air Force
    International
    URL courte
    79356

    Depuis que des armes américaines sont déployées sur la base militaire d'Incirlik, la crainte monte jour après jour s'agissant de leur sécurité. Qu'est-ce qui se cache derrière ces préoccupations? Faut-il craindre qu'elles tombent un jour entre de mauvaises mains? L'ex-chef du renseignement turc İsmail Hakkı Pekin répond aux questions de Sputnik.

    Ces derniers temps, l'Occident et surtout des diplomates et des médias américains évoquent régulièrement la nécessité de transférer l'arme nucléaire située sur la base militaire d'Incirlik en Turquie, craignant la piètre sécurité de là où elle se trouve actuellement. En guise d'exemple, le dernier rapport de l'Association à but non lucratif Stimson Center indique que "l'arme nucléaire des Etats-Unis placée sur la base d'Incirlik non loin de la frontière avec la Syrie peut se retrouver dans les mains des terroristes ou d'autres ennemis". Surtout vu que ce pays, en proie à un manque la stabilité, ne peut pas assurer la sécurité d'armes nucléaires, ajoute le rapport.

    Selon les dernières informations, l'Europe héberge environ 200 bombes nucléaires de type B16 appartenant à l'Otan. Incirlik en abrite entre 50 et 90, et les habitants locaux sont bien préoccupés par la présence d'armes nucléaires sur la base qu'ils appellent à fermer, et depuis longtemps.

    Qu'y a-t-il derrière les déclarations des Etats-Unis sur la sécurité précaire de leurs armes? Pour l'ancien chef du département de renseignement de l'Etat-major turc İsmail Hakkı Pekin il s'agit tout simplement d'une tentative d'influencer les affaires de la Turquie.

    "Via ces déclarations, les Etats-Unis espèrent exercer une pression sur la Turquie, l'intimider un peu", explique-t-il dans un entretien à Sputnik. "Voilà la logique occidentale: il n'y a pas de stabilité dans le pays, il y a des groupes terroristes. Donc, il faut que nous prenions le contrôle de la situation en Turquie".

    En la menaçant de cette manière, l'Occident s'efforce de n'admettre aucune modification de la politique extérieure turque, ainsi que de ne pas la laisser échapper à son influence.

    "Le déploiement d'armes nucléaires sur notre territoire était une démarche censée assurer plutôt la sécurité de l'Occident que celle de la Turquie. Les armes gardées sur la base d'Incirlik ne peuvent pas défendre la Turquie d'éventuelles attaques de la part d'Etats étrangers, et elles ne sont pas non plus un facteur contraignant. Parce que ces armes sont sous le contrôle absolu de l'Amérique".

    Ainsi, sachant que les armes en question sont en Turquie pour être utilisées par les militaires américains, et non par les Turcs, leur présence est plutôt une menace à la sécurité de la Turquie, pas l'inverse, souligne M. Pekin.

    Une autre crainte existe: est-ce que ces armes peuvent tomber dans les mains de terroristes? Selon l'expert, cette probabilité est proche de zéro.

    "La base d'Incirlik stocke majoritairement des bombes destinées à être larguées depuis les airs. Compte tenu de la construction des détonateurs, du mécanisme des engins de ce type, on peut constater que même si des terroristes mettent la main dessus, elles leur seront inutiles car ils ne pourront pas s'en servir sans disposer d'informations supplémentaires", résume-t-il. "Du coup, une fois les bombes entre les mains de terroristes, ils ne pourront pas les utiliser".

    Lire aussi:

    "Incirlik est un grand obstacle sur la voie de l'indépendance"
    De jeunes Turcs en colère près de la base aérienne d'Incirlik
    La Turquie prête à une opération conjointe avec la Russie contre Daech
    Les armes nucléaires US sont-elles encore en sécurité en Turquie?
    "Les bombes à hydrogène en Turquie attendent que les malfaiteurs les utilisent"
    Tags:
    armements, terrorisme, bombe, armes nucléaires, base militaire, Occident, États-Unis, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik