Ecoutez Radio Sputnik
    Twitter

    Twitter et Instagram abandonnés par des célébrités choquées par les insultes

    © AFP 2019 Leon Neal
    International
    URL courte
    4170
    S'abonner

    Les propos malhonnêtes sur les réseaux sociaux deviennent un problème de plus en plus menaçant. Des stars et des journalistes exposés aux insultes ferment leurs comptes Twitter ou Instagram pour fuir la haine sur Internet.

    Les trolls, insulteurs protégés par l'anonymat, diffusent publiquement des torrents d'insultes racistes ou sexistes, et même menacent leur victimes de viol, explique l'AFP. Ce phénomène devient de plus en plus évident.

    Justin Bieber, star aux 78 millions de fans sur Instagram, a finalement quitté ce réseau après des insultes contre sa nouvelle petite amie. Leslie Jones, vedette noire du dernier Ghostbusters, a fermé son compte Twitter en juillet dernier, choquée par les propos racistes qu'elle avait reçus.

    Certains de ses harceleurs ont été suspendus suite aux activités du PDG de Twitter. Mais un tel tournant n'est pas très répandu, indique l'AFP.

    L'actrice Daisy Ridley, héroïne du dernier Star Wars, a quitté Instagram début août, quand elle est devenue la cible des internautes d'extrême droite après un message contre la violence par armes à feu.

    Normani Kordei, chanteuse noire du groupe Fifth Harmony, qui a été victime de messages racistes, a quitté Twitter. Ce ne sont pas seulement les acteurs et les stars de la musique qui sont exposés à un comportement agressif sur Internet. Les journalistes qui passent beaucoup de temps dans l'espace public sur Internet rencontrent souvent les mêmes problèmes.

    Lire aussi:

    Ces objets qui ont leurs propres comptes Twitter
    Les ministres turc et autrichien des Affaires étrangères se disputent sur Twitter
    Et Barack Obama va léguer son compte Twitter à…
    Une statistique amusante sur l’Euro 2016 recueillie par Twitter
    Tags:
    insulte, Instagram, Twitter, États-Unis, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik