Ecoutez Radio Sputnik
    Fethullah Gülen

    USA: rien ne prouve l'implication de Gulen dans le putsch

    © AP Photo / Selahattin Sevi
    International
    URL courte
    16711

    Ankara n'a fourni à Washington aucune preuve de l'implication de l'opposant Fethullah Gulen dans la tentative de coup d'Etat en Turquie.

    Le département américain de la Justice va envoyer, dans les prochains jours, ses représentants en Turquie pour vérifier les accusations des autorités turques contre l'imam Fethullah Gulen, communique l'agence  Bloomberg se référant à une source au sein de l'administration Obama.

    Selon l'agence, un responsable de l'administration américain, sous couvert d'anonymat, a organisé vendredi un point de presse pour plusieurs journalistes invités en prévision d'une visite en Turquie du vice-président américain Joseph Biden.

    Le point de presse a été consacré à la demande d'extradition de Fethullah Gulen, adressée à Washington par Ankara.

    "La Turquie ne cesse pas d'accuser Gulen de tentatives pour renverser le gouvernement sans cependant présenter au ministère de la Justice (des Etats-Unis) des preuves officielles témoignant qu'il a été impliqué dans la tentative de coup d'Etat", signale Bloomberg.

    L'organisateur du point de presse a confirmé que le ministère américain de la Justice allait envoyer en Turquie un groupe d'experts chargés d'examiner la demande d'extradition de Fethullah Gulen. Bloomberg ne précise pas cependant la composition du groupe ni les délais de son déplacement en Turquie.

    Fethullah Gulen est réfugié aux Etats-Unis depuis 1999. Il y a obtenu un statut de résident permanent. 


    Lire aussi:

    Turquie: vaste coup de filet contre les proches de Gulen
    Un tribunal turc arrête par contumace l'opposant Fethullah Gulen
    Gulen demande à Washington de le protéger d’Erdogan
    Tags:
    Fethullah Gülen, preuves, extradition, tentative de putsch en Turquie (2016), Département de la Justice américain, États-Unis, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik