International
URL courte
87748
S'abonner

Ces derniers temps, la Turquie est devenue une véritable vedette média qui ne quitte pas les unes. Tentative de putsch et sa répression, embellie dans les relations avec la Russie, implication dans le conflit syrien: autant d'événements qui suscitent un très vif intérêt. Mais ce n'est pas encore tout.

La Cour constitutionnelle turque s'est prononcée en faveur du retrait d'une disposition du code pénal qualifiant d'abus sexuel tout acte sexuel avec un enfant de moins de 15 ans. En clair, cela signifie que la Cour autorise les relations sexuelles avec des enfants entre 12 et 15 ans, moyennant évidemment leur "consentement".

La décision a donné lieu à plusieurs incidents diplomatiques avec diverses capitales européennes, communique Sudinfo.be.

L'ambassadeur d'Autriche en Turquie a été convoqué pour explications, car un journal autrichien aurait donné "de fausses informations" ayant titré: "La Turquie autorise les relations sexuelles avec les enfants de moins de 15 ans".

En Suède, la ministre des Affaires étrangères Margot Wallstrom s'est indignée ouvertement.

"La décision turque de permettre des rapports sexuels avec des enfants de moins de 15 ans doit être inversée. Les enfants ont besoin de plus de protection, pas moins, contre la violence et les abus sexuels", a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a crié au scandale, qualifiant ce tweet d'inacceptable car, selon lui, un ministre est censé agir d'une manière responsable.


Lire aussi:

La bande-annonce d'un film sur Erdogan sort en Turquie
La Turquie émet 83 nouveaux mandats d'arrêt contre les employés des tribunaux
Les armes nucléaires US en Turquie risquent de tomber dans les mains des terroristes
Tags:
consentement, abus sexuel, Cour constitutionnelle turque, Mevlut Cavusoglu, Margot Wallström, Suède, Turquie, Autriche
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook