International
URL courte
Prévention des incursions en Crimée (17)
471256
S'abonner

Le Pentagone a minimisé vendredi les inquiétudes sur une possible invasion de l'Ukraine par la Russie, affirmant que les troupes russes massées à la frontière entre les deux pays l'étaient pour un simple exercice militaire.

Depuis la semaine dernière, la Crimée, péninsule réintégrée à la Russie, est au cœur d'un brusque regain de tension entre Kiev et Moscou, et le président russe Vladimir Poutine y a réuni vendredi son Conseil de sécurité.

"Nous sommes inquiets du niveau intensifié de violence dans l'est de l'Ukraine", a commenté le porte-parole du Pentagone, Jeff Davis.

"Ce que nous ne voyons pas", a tempéré M. Davis, c'est "cette licorne que beaucoup essayent de chasser, c'est cette idée qu'il y a une montée en puissance ou un mouvement massif à court terme sur le point de se produire".

Pour le porte-parole de la Défense américaine, il s'agit de "mouvements associés à un exercice (militaire, ndlr) à venir".

La Russie effectue chaque année ce genre d'exercices dans la région et le prochain doit avoir lieu le mois prochain.

De son côté, le président ukrainien Petro Porochenko a assuré à son habitude ne pas exclure une invasion russe "à grande échelle", sans toutefois présenter de preuves tangibles.

Rappelons que dans la nuit du 7 au 8 août, des unités spéciales du ministère ukrainien de la Défense ont entrepris une percée en Crimée, mais l'attaque a été déjouée. Deux militaires russes ont trouvé la mort lors de l'opération de neutralisation des saboteurs.

Les saboteurs ukrainiens avaient pour but de porter atteinte à l'activité touristique criméenne. Pour ce faire, ils planifiaient d'organiser une série d'explosions afin de semer la terreur parmi les voyageurs.

Dossier:
Prévention des incursions en Crimée (17)

Lire aussi:

L'Ukraine veut des armes? Qu'elle en fabrique!
Poutine n'envisage pas la réduction des relations avec l'Ukraine
Quant à l'Ukraine, l'"Occident doit abandonner la politique de patronage"
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Tags:
exercices militaires, Crimée, Russie, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook