Ecoutez Radio Sputnik
    La candidate démocrate à l'élection présidentielle aux Etats-Unis, Hillary Clinton

    Présidentielle US: Clinton Foundation, talon d'Achille de la candidate démocrate

    © REUTERS / James Lawler Duggan
    International
    URL courte
    Présidentielle 2016 aux Etats-Unis (404)
    27465

    La Clinton Foundation risque de compromettre la campagne électorale de la candidate démocrate à l'élection présidentielle aux Etats-Unis, Hillary Clinton, prévient la presse internationale.

    La fondation de Bill, Hillary et Chelsea Clinton, la Clinton Foundation, qui compte parmi les plus puissantes institutions caritatives du monde, acceptait des dizaines de millions de dollars des pays que le département d'Etat des Etats-Unis accusait de violations des droits de l'homme alors que Mme Clinton était chef de la diplomatie américaine.

    "Un don de l'Arabie saoudite a dépassé 10 millions de dollars. Le gendre d'un ancien président ukrainien (Viktor Pintchouk, gendre de Leonid Koutchma, ndlr) a fait la même chose pour la fondation, alors que le gouvernement de M.Koutchma était fustigé par Washington pour corruption et assassinats de journalistes. Un don d'un milliardaire libano-nigérian s'est monté à 5 millions de dollars", lit-on dans les pages du New York Times.

    Les Saoudiens figuraient sans doute parmi les donateurs plus généreux de la fondation Clinton, alors que les relations diplomatiques entre Washington et Riyad sont plutôt compliquées. Les Américains désapprouvent le fait que l'Arabie saoudite promeut l'une des tendances les plus dures de l'islam, et bien que Riyad nie tout lien avec des groupes islamistes radicaux, on a tout lieu de supposer que les organisations caritatives saoudiennes soutiennent ces groupes terroristes, écrit l'auteur de l'article.

    La vidéo  de Clinton contre Trump et Poutine agite la twittosphère
    © REUTERS / David Becker/Nancy Wiechec/Files

    Or, le New York Times n'est pas l'unique média qui signale un éventuel conflit d'intérêts dans une situation où un candidat à la présidence américaine dirige une fondation caritative.

    "La promesse de fermer la fondation en cas de victoire de Hillary Clinton à la présidentielle ne suffit certes pas. Il aurait fallu la fermer +encore hier+", estime Josh Voorhees, rédacteur de l'édition en ligne The Slate.

    Et d'expliquer que rien n'empêchait les étrangers de financer la Fondation Clinton pendant les derniers mois de la course à la Maison Blanche.

    Selon un sondage réalisé par Bloomberg en juin, 72% des électeurs américains se préoccupaient du fait que la Fondation Clinton acceptait l'argent de sponsors étrangers alors que Mme Clinton était secrétaire d'Etat. 

    Dossier:
    Présidentielle 2016 aux Etats-Unis (404)

    Lire aussi:

    Les Saoudiens parmi les plus gros donateurs de la fondation Clinton
    La cote de popularité d’Hillary Clinton dépasse celle de Donald Trump
    WikiLeaks: Clinton accusera la Russie en cas de nouveaux scandales
    Tags:
    The New York Times, campagne présidentielle, sondage, Présidentielle américaine 2016, The Slate, Clinton Foundation, Bloomberg, Josh Voorhees, Leonid Kuchma, Viktor Pintchouk, Hillary Clinton, Riyad, Washington, Arabie Saoudite, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik