International
URL courte
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)
337
S'abonner

On connaît tous la fameuse tradition anglaise du Five o'clock Tea. Mais ces derniers temps, une autre tendance envahit le gouvernement de Theresa May: la préparation de la procédure du Brexit dans les cafés Starbucks. Pas surprenant que la date du "Brexit" ait été repoussée à fin 2019…

Malgré que la première ministre britannique Theresa May affirme que le Royaume-Uni est fermement déterminé à sortir de l'UE, le processus tarde pourtant à débloquer.

Le journal britannique The Guardian rappelle qu'une des premières décisions prises par Theresa May après sa nomination, était la création de deux nouveaux ministères: le département spécial qui vise à travailler sur le Brexit avec pour chef David Davies, et le département du Commerce international, dirigé par Liam Fox.

Malgré qu'aucun de ces deux départements n'ait encore commencé à fonctionner, le département spécial qui vise à travailler sur le Brexit, lui, a déjà embauché 150 fonctionnaires sur les 250-300 prévus.

Pourtant, la situation est aggravée par le fait il n'y pas de place dans le bureau pour y installer les employés.

"Certaines réunions ont toujours lieu dans un café Starbucks sur Victoria Street", précise le journal.

Malgré que le ministre ait engagé jusqu'à présent presque la moitié du personnel dont il aura besoin, il manque toujours du personnel qualifié en matière de relations économiques internationales et de commerce, car, selon certains experts, ces dernières années, ces fonctions étaient exercées par des fonctionnaires de l'UE.

Dossier:
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)

Lire aussi:

Le Brexit privera les Britanniques des mots français?
Après le Brexit, Londres n'est plus la ville la plus chère du monde
«Pédocriminel!»: Jack Lang insulté à Montpellier – vidéo
Navires iraniens en route vers le Venezuela? «Une provocation pour les USA, qui se prennent pour les rois du monde»
Tags:
café, Brexit, Theresa May, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook