Ecoutez Radio Sputnik
    Un T6-C Texan II

    Une perspective d'achat d'avions US engage de vifs débats en Argentine

    © Wikipedia/ U.S. Air Force / Master Sgt. David Richards
    International
    URL courte
    142129201

    Le Pentagone vient d'annoncer le lancement de négociations sur une vente d'avions militaires à l'Argentine, ce qui a déclenché une grande polémique dans les médias. Il s'agit en l'occurrence de T6-C Texan II pour la protection des frontières et la lutte contre le trafic de drogue.

    La Fadea, entreprise aéronautique argentine, entend reprendre la fabrication de l'avion Pampa III, dont les fonctions sont similaires au T6-C Texan II, alors que le gouvernement du pays s'intéresse à des appareils américains, italiens et français du même type, ce qui est plutôt étonnant, constatent les médias.

    Selon le PDG de la Fadea, Ercole Felippa, l'entreprise sera prête à lancer la production de 40 Pampa III en 2017, dès que les dettes envers les fournisseurs étrangers seront réglées. Il est prévu notamment de remplacer 15 chasseurs A4-AR Fightinghawk qui seront retirés de l'exploitation en 2018.

    "A ce jour, seulement trois de ces 15 avions sont en état de voler", fait savoir La Voz del Interior.

    Le ministère argentin de la Défense pense à acheter à l'italien Aermacchi des M-346 Master, alors qu'un tel avion coûte 30 millions de dollars, soit le double du prix d'un Pampa III. A titre d'alternative, les T6-C Texan II américains sont examinés malgré les 300 millions de dollars que coûteraient 24 appareils de ce modèle.

    Enfin, les autorités argentines n'excluent pas l'achat d'une escadrille de Mirage F-1 à la France. Un seul Mirage F-1 coûte toutefois 23 millions de dollars, et le montant total du contrat approcherait 280 millions de dollars.

    Quoi qu'il en soit, il est loin de la coupe aux lèvres, l'Argentine n'ayant même pas l'argent pour entretenir son parc d’avions.

    "On peut acheter tous les avions du monde, mais si on n'a pas l'argent pour le combustible, la réparation des moteurs et l'entraînement des pilotes, ces appareils seront parfaitement inutiles. Mais telle est justement la situation actuelle en Argentine où trop peu d'avions sont en état de voler", a déclaré à Sputnik l'analyste internationale Andreï Serbine, directeur du Centre de coordination régional des recherches économiques et sociales (CRIES, Argentine).

    Lire aussi:

    La présidente argentine fait ses adieux à ses partisans
    Présidentielle argentine: l'opposition crée la surprise
    L’Argentine revendique sa souveraineté sur les îles Malouines
    Tags:
    contrat, coûts, aéronautique, avions, M-346 Master, T6-C Texan II, Mirage, CRIES, Sputnik, Aermacchi, ministère argentin de la Défense, Pentagone, La Voz del Interior, Fadea, Andreï Serbine, Ercole Felippa, Italie, France, États-Unis, Argentine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik