Ecoutez Radio Sputnik
    Un attentat contre Julian Assange?

    Un attentat contre Julian Assange?

    © REUTERS/ Olivia Harris
    International
    URL courte
    235104457

    Un homme a tenté de s'emparer de l'ambassade d'Equateur à Londres, où Assange réside depuis quatre ans.

    Ce matin, une personne non identifiée a tenté de grimper sur la façade du bâtiment, avant de fuir sous la pression des agents de sécurité de l'ambassade équatorienne, rapporte le compte twitter du site Wikileaks, ayant provoqué une vague de versions et de commentaires sur les réseaux sociaux.

    ​Aucune déclaration officielle n'a pourtant été diffusée. Cependant, les internautes ont lancé un appel SOS d'envergure mondiale. Et pas en vain, peut-être, suite à la déclaration de Wikileaks de juillet 2016 de continuer de publier des documents secrets, mettant en cause, par exemple, le Parti démocrate et sa candidate à la présidence américaine Hillary Clinton.

    Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, peut être considéré comme enfermé depuis 2012 dans une belle prison sans barreaux, dans l'ambassade d'Equateur dans le quartier chic de Knightsbridge de la capitale britannique, dans un espace de 43 mètres carrés, juste derrière les armes des autorités britanniques qui l'attendent pour le mettre immédiatement derrière les barreaux à vie en raison de ses tentatives de dénonciation.

    M. Assange veut également échapper à une extradition vers la Suède, pays où il est accusé de viol et qui a émis un mandat d'arrêt européen contre lui.

    L'ex-hacker australien, qui nie le viol, refuse de se rendre dans ce pays de peur d'être extradé vers les États-Unis, où il pourrait se voir reprocher la publication par WikiLeaks de 500.000 documents classés secret défense sur l'Irak et l'Afghanistan et 250.000 communications diplomatiques.

    Lire aussi:

    WikiLeaks publie de nouvelles fuites des démocrates
    Au cœur de la vie de Julian Assange: l’exposition de sa prison
    Assange pourrait quitter l'ambassade d'Equateur après l'avis de l'Onu
    Tags:
    réseaux sociaux, agents de sécurité, internautes, ambassade, attentat, Présidentielle américaine 2016, WikiLeaks, Julian Assange, Royaume-Uni, Londres, Equateur
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik