Ecoutez Radio Sputnik
    Un nuage de fumée monte depuis la ville frontalière syrienne de Jarablos

    Daech délogé de la ville syrienne de Jarablos

    © REUTERS / Stringer
    International
    URL courte
    Offensive de l'armée turque dans le nord de la Syrie (2016) (43)
    541211
    S'abonner

    Les rebelles syriens soutenus par la Turquie ont chassé Daech de Jarablos. De son côté, l'opposition syrienne kurde accuse Ankara de vouloir utiliser l'opération à Alep comme un atout politique.

    Des centaines de rebelles syriens, soutenus par les chars et l'aviation turcs, ont pris la localité syrienne frontalière de Jarablos aux djihadistes du groupe Etat islamique (EI), à l'issue d'une offensive éclair, rapporte l'AFP.

    "Jarablos est complètement libérée", a affirmé à l'AFP Ahmad Othmane, commandant d'un groupe rebelle ayant pris part mercredi à l'offensive "Bouclier de l'Euphrate" pour s'emparer de cette localité du nord de la Syrie, à la frontière turque.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui accueillait le vice-président américain Joe Biden, a également assuré que Jarablos "avait été reprise" à Daech. Un porte-parole d'un autre groupe rebelle a affirmé que les djihadistes s'étaient retirés en direction de la ville d'Al-Bab, au sud-ouest de Jarablos.

    Selon l'agence progouvernementale Anadolu, un rebelle syrien a été tué et dix autres blessés. L'agence Dogan a fait état de la mort de 46 djihadistes, ce qui n'a pas été confirmé.

    Le 24 août, l'armée turque, soutenue par les forces de la coalition internationale menée par les Etats-Unis, a lancé une opération visant à déloger le groupe terroriste Etat islamique de la ville syrienne de Jarablos, frontalière de la Turquie. Les avions turcs ont porté des frappes contre Daech. L'opération a engagé également des chars et l'artillerie. 

    Néanmoins, les forces de l'opposition syrienne kurdes ont critiqué l'opération turque en déclarant qu'Ankara, en menant une opération dans la province syrienne d'Alep, voulait utiliser cette région comme un atout dans les futures négociations politiques. 


    Dossier:
    Offensive de l'armée turque dans le nord de la Syrie (2016) (43)

    Lire aussi:

    En Syrie, l'arme chimique devient une arme politique
    Attaque chimique de la Ghouta: la Syrie accuse la France
    De Snowden aux Casques blancs de Syrie, qui remportera le Nobel de la paix?
    Lavrov: les conséquences de frappes US contre la Syrie auraient pu être dévastatrices
    Tags:
    atout, libération, opposition, Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Jarablus, Ankara, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik