Ecoutez Radio Sputnik
    Armée turque

    La Turquie changerait-elle de cap sur le dossier syrien?

    © REUTERS/ Umit Bektas
    International
    URL courte
    Offensive de l'armée turque dans le nord de la Syrie (2016) (43)
    14911578669

    “Une nouvelle page” doit être ouverte en Syrie, estime le premier ministre turc Binali Yildirim. Le retour de la Turquie en Syrie marque une nouvelle étape dans la politique internationale du pays, considèrent les experts. Les démarches d’Ankara en témoignent éloquemment.

    "Il est d'une importance vitale d'ouvrir, sans perdre de temps, une nouvelle page en Syrie sur la base d'un modèle impliquant particulièrement la Turquie, l'Iran (…), la Russie, les Etats-Unis, des États du Golfe et l'Arabie saoudite", a déclaré Binali Yildirim ajoutant que pour la Turquie, il est essentiel que l'intégrité territoriale du voisin syrien soit sauvegardée. Pour Numan Kurtulmus, le vice Premier-ministre turc, le pouvoir syrien a naturellement sa place à la table des négociations sur le règlement pacifique du conflit en Syrie. Pour Jean Macrou, professeur à Sciences-Po et spécialiste de la Turquie, il s'agit bien du retour du pays dans le règlement syrien:

    "Je pense qu'il y a effectivement un nouveau positionnement de la Turquie, plus exactement un retour de la Turquie dans le règlement du conflit syrien. Par ses positions justement très hostiles aux Kurdes et au régime de Bashar el-Assad, elle s'était mise un peu en dehors du règlement du conflit depuis deux ans".

     

    Le retour de la Turquie en Syrie a été marqué le 24 août par le début de l'opération Bouclier de l'Euphrate que le pays a lancé à Jarablus. D'après M. Macrou, il y a une sorte d'acceptation d'un nouveau plan de règlement sur la Syrie, d'une nouvelle étape de négociations. Cette nouvelle phase comprendrait la relance des relations entre la Turquie et la Syrie, d'après certains experts.

     

    Dans des médias arabes, notamment algériens, depuis longtemps en effet, on débat des négociations secrètes entre la Syrie et la Turquie sur la restauration des relations bilatérales. On a notamment diffusé l'information selon laquelle à la veille de l'opération turque à Jarablus, un haut responsable de la direction du renseignement turc a rencontré à Damas des représentants des services secrets syriens. Cette coopération existe bien, a confirmé à Sputnik Ismaïl Pekin, ancien chef du département de renseignement d'état-major turc.

    "Deux des cinq entretiens ont eu lieu l'année dernière, trois autres — cette année… En ce qui concerne le contenu de nos négociations, elles étaient consacrées essentiellement à la situation qui s'est créée en Syrie, à la garantie de la sécurité. Nous nous sommes entretenus avec les représentants des services spéciaux syriens. Ils nous ont fait part d'événements en Syrie, ont envisagé les perspectives de rétablissement des relations entre la Turquie et la Syrie, l'élaboration d'une conception conjointe de sécurité. Après ces entretiens nous avons informé les institutions appropriées des résultats ayant signalé la nécessité d'engager les pourparlers officiels à ce sujet à un niveau plus élevé", a confié Ismail Pekin à Sputnik.

    Jean Macrou a également indiqué à Sputnik que "la Turquie désirait renouer des contacts avec le régime de Damas".

    Dossier:
    Offensive de l'armée turque dans le nord de la Syrie (2016) (43)

    Lire aussi:

    Les USA aident la Turquie à mener son opération terrestre en Syrie
    La Turquie lance une offensive pour chasser l'EI de la frontière syrienne
    "Les USA sont derrière la tentative de putsch en Turquie"
    Tags:
    pourparlers, crise syrienne, négociations, coalition anti-Daech, Etat islamique, Jarablus, Kurdistan syrien, Turquie, Iran, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik