Ecoutez Radio Sputnik
    Les forces turques

    Ankara compte créer une zone tampon sur les territoires frontaliers?

    © REUTERS/ Ihlas News Agency
    International
    URL courte
    251285311

    L’opération militaire turque contre le groupe terroriste l’Etat islamique n’a été lancée que le 24 août dernier, mais elle fait déjà l’objet de vives discussions. Que devrait faire l’armée sur le sol syrien?

    Dans ses activités militaires à la frontière syrienne, la Turquie devrait éviter les actions unilatérales et chercher à coopérer avec les autres pays via les milieux diplomatiques, estime Yasin Atlioglu, politologue et expert du Centre d'études du Proche-Orient et de l'Afrique à l'Institut Turquie XXIe siècle, dans une interview accordée à Sputnik.

    La Turquie pourrait réaliser ses projets, notamment garantir la sécurité dans la zone frontalière, la libération d'al-Bab et bloquer les avancées des forces kurdes à l'ouest de l'Euphrate, seulement si ses militaires étaient présents en grand nombre dans la région, indique l'expert.

    "La condition essentielle pour Ankara doit être l'interaction avec les pays voisins, la Russie, les Etats-Unis, l'Iran et, en premier lieu, avec Damas. Si ce n'est pas la réalité, si la Turquie veut suivre son ancienne stratégie et agir toute seule, la situation sur les territoires frontaliers pourra revenir à l'ancien équilibre des forces dans trois à cinq mois", explique le politologue.

    Selon l'expert, si Ankara forme une zone tampon dans la région sans large appui international, il est peu probable qu'il réussisse à garder la ville de Jarablus sous contrôle. La situation est rendue extrêmement compliquée.

    "Il est important de savoir comment la Turquie va agir plus loin. La zone tampon, sera-t-elle créée? Si oui, les militaires turcs, resteront-ils dans cette zone?" se demande le politologue. Il indique que les avancées possibles de la Turquie dans plusieurs directions régionales sont capables de provoquer le mécontentement des grands acteurs internationaux.

    Depuis déjà longtemps, la Turquie appelle à organiser une zone tampon en Syrie pour y installer des réfugiés, indique l'expert. Dans le même temps, il souligne qu'actuellement, la création d'une telle zone tampon est impossible en principe sans l'accord de la Russie.

    Lire aussi:

    Armée turque en Syrie: la rupture du corridor sud dans les plans?
    Ankara déploie une nouvelle unité de chars en Syrie
    Quitter la Syrie? Ankara énonce ses conditions
    Les USA aident la Turquie à mener son opération terrestre en Syrie
    Tags:
    opération militaire, Turquie, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik