International
URL courte
5110
S'abonner

Le soleil brille au-dessus des rues de cette ville pittoresque montagneuse, mais les habitants n'ont plus le sourire. Amatrice est devenue un mausolée où l'on ne peut que contempler les vestiges du passé.

Les terribles secousses qui ont détruit la ville d'Amatrice dans le Latium seront à jamais gravées dans la mémoire de ses habitants. Ce samedi, le pays entier est en deuil, alors que le nombre de victimes ne cesse d'augmenter: pour le moment, le bilan fait état de 291 morts.

Difficile de croire que la ville était autrefois animée et ses jolies rues étroites fréquentées.

Des maisons entières n'ont pas pu résister à la force dévastatrice du séisme.

Les rues sont désormais jonchées de décombres, les services de sauvetage s'afférant toujours.

Des habitants hébétés témoignent: "L'avenir, c'est fini", et se détournent des ruines en larmes.

L'église Sant ‘Agostino datant du XIVe siècle n'a plus rien de majestueux, submergée qu'elle est de pierres — ce qui reste de ses murs.

Un séisme de magnitude 6,2 sur l'échelle de Richter s'est produit dans la partie centrale de l'Italie tôt mercredi matin. Le dernier bilan du séisme faisait état de 247 morts.

La première secousse a été enregistrée à 03h36 heure locale, son épicentre se trouvant non loin de la ville d'Accumoli, dans le Latium. Le deuxième tremblement de magnitude 5,4 a frappé la région de l'Ombrie. Plus de 150 répliques ont suivi. Elles ont été ressenties à Rome, à Florence, à Bologne et dans d'autres grandes villes italiennes. Le séisme a provoqué des dégâts dans trois régions du pays.

Lire aussi:

Séisme: l’ambassade d'Italie à Moscou ouvrira un livre de condoléances
Séisme en Italie: une religieuse miraculeusement sauvée
Violent séisme en Italie: "la ville n’existe plus", des gens sous les décombres
Séisme en Italie: la solidarité passera par les pâtes
Un séisme de magnitude 6.2 secoue le centre de l'Italie
Tags:
destruction, photo, ville, séisme, Latium, Amatrice, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook