Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    L'Occident restera fidèle à son idée de renverser le gouvernement syrien

    © AP Photo/ Dusan Vranic
    International
    URL courte
    9159811162

    La Russie et les Etats-Unis ne sont parvenus à aucun réel progrès au cours des négociations Lavrov-Kerry et l'Occident et ses alliés n'abandonneront pas leurs projets de renverser le gouvernement syrien et d'instaurer à Damas un régime islamiste.

    L'expert britannique des relations internationales et rédacteur en chef du magazine Politics First, Marcus Papadopoulos, dit avoir eu une impression de déjà-vu à l'issue des récentes négociations à Genève entre Sergueï Lavrov et John Kerry sur la Syrie.

    "Des progrès ont été enregistrés concernant le cessez-le-feu en Syrie. C'est cette phrase qui a été prononcée devant les journalistes lors d'une conférence de presse à Genève. Ne vous semble-t-elle pas familière? Car elle est répétée à l'issue de toutes les négociations entre Lavrov et Kerry de ces dernières années", a noté Marcus Papadopoulos à Sputnik.

    Il reconnaît cependant qu'il est très important que le ministre russe des Affaires étrangères et le secrétaire d'Etat américain puissent se rencontrer régulièrement, rappelant que le Foreign Office britannique est privé de cette possibilité pour cause d'"arrogance et intransigeance".

    Néanmoins, les positions de la Russie et des Etats-Unis sur la Syrie sont diamétralement opposées. L'expert rappelle que la Russie soutient le gouvernement syrien en tant qu'unique pouvoir légitime en Syrie, tandis que les USA soutiennent dans ce pays des groupes terroristes islamistes. Mais le conflit en Syrie ne sera arrêté qu'à condition que l'Occident et ses alliés, notamment la Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar, cessent de soutenir des groupes terroristes.

    Or, selon M.Papadopoulos, il est fort peu probable que les Etats-Unis, la Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar renoncent à leurs projets de renverser le gouvernement syrien et de conduire au pouvoir des islamistes.

    "La récente invasion du nord de la Syrie par la Turquie témoigne que c'est tout le  contraire. Tout porte à croire que le conflit sera réglé manu militari. Cependant, les actions des militaires syriens soutenus par les alliés russes et iraniens, ainsi que par le Hezbollah, visant la libération de la Syrie de la tyrannie islamiste, contribueront à affaiblir les positions du terrorisme islamiste de par le monde", signale l'expert.  

    Toutefois une chose est, selon lui, à déplorer: en discutant du cessez-le-feu en Syrie, on oublie qu'un cessez-le-feu a été déjà introduit dans ce pays l'année dernière. 


    Lire aussi:

    Ankara change de rhétorique: le dialogue avec Assad est désormais possible
    Pour Trump, le départ d'Assad est moins important que la lutte contre Daech
    Ex-diplomate US: Assad doit rester au pouvoir
    Tags:
    islamisme, changement de régimes, Foreign Office, John Kerry, Sergueï Lavrov, Turquie, Qatar, Arabie Saoudite, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik