Ecoutez Radio Sputnik
    La Douma d'Etat

    "Les relations Russie-Occident sont pires que durant la guerre froide"

    © Photo : La Voix de la Russie
    International
    URL courte
    676862893

    Un député du parlement russe tente d'analyser l'évolution des relations entre Moscou et les pays occidentaux.

    Les relations entre la Russie et l'Occident sont actuellement pires qu'à l'époque de la guerre froide, a déclaré dimanche le député de la Douma d'Etat (chambre basse du parlement russe) Viatcheslav Nikonov.

    "Aujourd'hui, notre Russie se retrouve sous une très forte pression externe. Les gens discutent et se demandent si nous ne sommes pas actuellement dans une nouvelle guerre froide. Vous savez, à bien des égards, la situation est en effet plus grave que durant la guerre froide. Certainement, à l'époque de la guerre froide les forces américaines et celles de l'Otan n'étaient pas déployées en Estonie, en Lettonie, en Lituanie, en Pologne, en Roumanie, en Bulgarie", a-t-il martelé lors d'un forum.

    Selon le député, pendant la guerre froide, il n'y a jamais eu de sanctions individuelles contre les membres du parti soviétique, ni contre ses dirigeants, alors que maintenant il y en a.

    "Il n'y a jamais eu de flots aussi épais de mensonges et de désinformation à l'encontre de la Fédération de Russie. Et s'il en est ainsi, ce n'est pas parce qu'on fait quelque chose de mauvais, mais parce que le pays n'est plus à genoux".


    Lire aussi:

    Erdogan se rend en Russie pour rencontrer Poutine, l'Occident très inquiet
    L'Occident restera fidèle à son idée de renverser le gouvernement syrien
    Incapable d’écarter la Russie des JO, l’Occident se venge sur les paralympiens
    "Aux yeux de l'Occident, la Russie et la Turquie sont des pays de seconde zone"
    Peine capitale: l'Iran dissuade l'Occident de toute critique
    Tags:
    relations, guerre froide, OTAN, Occident, Lettonie, Lituanie, Estonie, Pologne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • avatar
      bea33
      Cette intox totale de la part de l'occident est écœurante ! L'attitude anti-Poutine tout autant ! J'ai hâte que la France ne soit plus dans l'UE, ce n'est plus l'UE de la libre circulation des biens et des services, c'est l'UE aux pieds de Merkel et de l'Allemagne ! Triste mémoire !
    • avatar
      CocoChannel
      Le point de vue d'un expert, le Ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le 17 août, en réponse à la question suivante :
      Que pensez-vous de l'étrange tendance dans les médias aux EU, et de quelques déclarations récentes, faites par les politiciens US, spécialement à propos de la campagne présidentielle actuelle, qui voient la "main du Kremlin" partout ? Même le candidat à la Présidence, Donald Trump a été accusé d'attaches pro-russes. Est-ce une sorte de paranoïa russophobe, ou une théorie de la conspiration mondiale ?
      Réponse : Nous pouvons entendre et voir, une russophobie qui a dépassé les bornes dans les médias US. On nous présente sous les traits du méchant international, de l'ennemi des USA, et du "monde progressiste". De nombreuses personnalités, non seulement des journalistes, mais aussi des hommes politiques, incluant, les représentants officiels de l'administration US, essaient de rendre la Russie, responsable d'à peu près tout ce qui arrive.
      Concernant l'actuelle campagne présidentielle, il y a quelque temps, quand elle était encore loin dans l'avenir, les nouvelles concernant la Russie, étaient quasi inexistantes dans les conversations, et discussions intérieures, aux USA. A un moment, souvenez-vous, on nous avait même définis comme une "puissance régionale", dont personne ne devait se préoccuper. Je pense que Washington aurait intérêt à ce que la Russie ne soit pas utilisée dans les jeux politiques internes, ce qui permettrait de se concentrer sur l'étude des problèmes réels qui attendent les US.
      Cependant, de façon inattendue, comme la campagne présidentielle se développait, et gagnait en puissance, le thème russe, est passé peu à peu au premier plan, et en est quasiment devenu maintenant le thème central. Récemment nous avons assisté à une salve d'hystérie russophobe. Je ne vais pas commenter ces nouvelles faussement sensationnelles, que ce soient les cybercriminels qui piratent tout ce qui se trouve dans le secteur US d'Internet, ou autres manigances destinées à soutenir un candidat et à en diffamer un autre. Ce sont des méthodes sans scrupules, et je ne veux pas les commenter. Des observateurs politiques impartiaux aux US, jugent la campagne actuelle comme la plus sale, dans toute l'histoire du pays.
      Plus loin, il conclut sur le sujet : "J'espère que le temps guérira ceux qui sont actuellement "malades", et que nos relations reprendront leur cours normal. Cependant, pour que cela soit possible, il est impératif de se débarrasser de la paranoïa russophobe, et d'arrêter d'exploiter des instincts qui nous ramènent à l'ère du McCarthysme, ou de la guerre froide, afin de réaliser des projets politiques aux US."
    • gilles magniez
      Il y a une constance incroyable chez les USA: la haine de l'autre et en particulier de la Russie. Que ce soit au temps du communisme (avec un maccarthysme totalement fou) ou d'aujourd'hui, c'est le même rejet. Les USA développent un complexe de supériorité qui les poussent à vouloir un monde façonné selon leur image. La Russie de Vladimir Poutine est une grosse épine, voire plus. Depuis le lancement des missiles "granit" de la mer Caspienne sans que personne ne les détecte, et surtout la base de l'OTAN en Turquie, ils savent qu'ils sont en infériorité. Et ça ce n'est pas bon pour eux. Toute leur politaire étrangère reposait sur la puissance et l'efficacité de leur armement. "pas de bol", comme dirait Hollandouille.
    • mic.dior
      L'imbécilité règne en maîtresse en Occident !
    • Skevin
      Le fait que ces relations soient aujourd'hui les mêmes ou pire qu'au temps de la guerre froide éclaire singulièrement ses raisons. Pendant la deuxième guerre mondiale les USA et l'URSS collaborent (dans une large mesure) pour battre les nazis. Pourtant, le rapport de force reste le fondement des relations. N’oublions pas Truman en 1941 et son: « si les allemands avancent trop vite nous aiderons les russes, sinon nous aiderons les allemands. » Et n’oublions pas « Allen Dulles (1er directeur de la CIA): (1943) « Il [ Dulles ] en avait marre d'écouter tout le temps des politiciens dépassés, les émigrés et les Juifs partiaux. De son point de vue une paix devaient être réalisée en Europe ... alors qu'il n'avait que peu de sympathie pour la Russie soviétique, il ne rejetait pas le national-socialisme dans ses idées ni dans ses actes... il a ajouté qu'il serait insupportable pour tout européen décent de penser que les Juifs puissent revenir un jour ». Au moins ces éléments US avaient du mal à choisir leur coté! Et brusquement, les USA se trouvent inopinément à la tête de la première bombe atomique, ils sont potentiellement les maîtres du monde. Alors il faut monter une légende. La première sera elle de l’agressivité de l’URSS. Malheureusement, elle n’est pas conforté par les faits ni par les analyses des services de renseignement américains. Qu’à cela ne tienne, on les remplace par une bande de nazis recyclés issus de l’organisation Gehlen. Ces gens fabriquent la légende et construisent un système de propagande et de sabotage contre l’URSS et ses satellites. Il faut compléter cela par un système de contrôle interne. Ce sera la Maccarthysme qui permettra de faire taire toute opposition. Et pas seulement l’opposition communiste mais aussi, par exemple, les fonctionnaires du Trésor qui voudraient enquêter sur la BRI (la Banque des Règlement Internationaux, organisme qui permettait en temps de guerre de verser au petit investisseur allemand qui avait investi chez Spitfire, de toucher ses dividendes , et réciproquement et qui avait regrettablement dérivé vers le recyclage de l’or blanc, l’or dentaire). Mais faisons bref: l’URSS s’effondree finalement et son système économique redevient un système libéral. Exactement ce que réclamait (officiellement toute cette gesticulation). Pourtant, rien ne change. Mais alors que se passe-t-il? Est-ce que le prétexte de la défense contre le communisme ne servait qu'à masquer des aspirations de conquête et n'avait rien à voir avec un soi-disant combat pour la liberté? D’ailleurs est-ce que cette attitude de lutte pour la liberté ont une cohérence quelconque? Est-ce que les USA n’ont pas soutenu les pires dictatures commettant les pires exactions, partout dans le monde? Est-ce que les USA ont jamais été soucieux du vote des habitants d’un pays, est-ce qu’ils n’ont pas déclenché la guerre de Corée pour éviter un vote de réunification? Est-ce qu’ils n’ont pas fait la même chose au Vietnam? Est-ce qu’ils respectent le vote en Crimée ou est-ce qu’il en ont organisé un au Kosovo? Jamais. En revanche, nous savons, grâce à Bill Clinton, qu’à l’occasion les USA détruisent sciemment l’agriculture de certains pays pour créer une main-d’œuvre d’esclave pour les investisseurs US dans des pays pauvres…etc.etc. Alors qu’est-ce que c’est que cette fable qu’on nous raconte constamment?
      La véritable base du système américain est parfaitement décrite par le projet cynique Georges Kennan:nous possédons 50% des richesses mondiales et nous représentons 6% de sa population. Nous ne devons nous laisser arrêter par aucune considération morale pour défendre cette situation. Une morale proche de celle des liquidateurs nazis dans les pays de l’est.
      C’est cela le but: s’emparer de toutes les richesses mondiales et faire de nous une main d’œuvre esclave, par tous les moyens: la guerre, la corruption, le TTIP etc…C'est pour cela que l'attitude US vis à vis des USA n'a pas changé.
    • OAK
      La Russie n'est plus à genoux. En revanche, l'occident, avec leur dette abyssale, est au "bout du rouleau" d'où son agressivité.
    • tom patasseen réponse àgilles magniez(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      gilles magniez,
      "Il y a une constance incroyable chez les USA: la haine de l'autre et en particulier de la Russie"
      Je pense plutôt qu'il y a une paranoïa de la Russie qui en plus se complet dans un rôle de Caliméro...
    • avatar
      Maten réponse àtom patasse(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      tom patasse, et quand bien même ça serait vrai c'est son droit. Mais vous êtes toujours aussi drôle. Votre papa devrait penser à recycler son programme pour écrire des sketch de comique français en désuétude.
    • Victor De Gaulle
      Elles sont pires, clairement, mais pas pour les mêmes que dans le passé je crois
    Afficher les nouveaux commentaires (0)