Ecoutez Radio Sputnik
    Les ombres de rebelles Houthis portant un drapeau yéménite

    Un album photo des rois saoudiens effraie le département d'Etat US

    © AP Photo/ Hani Mohammed
    International
    URL courte
    Opération militaire au Yémen (2015) (122)
    58197991602

    Des photos du prince saoudien Mohammed ben Nayef qui représenteraient des missiles iraniens à la frontière saoudienne ont suscité l'inquiétude du département d'Etat US, qui a accusé l'Iran de livrer des armes au Yémen. Mais Téhéran rejette ces accusations qu'il qualifie de "défaite politique des Etats-Unis".

    Les accusations américaines selon lesquelles l'Iran livre des armes aux rebelles du groupe yéménite Ansarullah, branche politique du mouvement chiite des Houthis, "sont fausses" et "témoignent de la défaite politique des Etats-Unis", a déclaré à Sputnik l'expert iranien du Proche-Orient et ancien employé de l'ambassade iranienne au Liban Seyed Hadi Afghahi.

    "La déclaration faite lors d'un entretien entre le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue saoudien Adel al-Jubeir et selon laquelle l'Iran livrerait des armes aux rebelles yéménites du groupe Ansarullah, et au Yémen en général, est une accusation fausse" d'autant plus que les Etats-Unis n'ont jusqu'ici fourni aucune preuve qui l'atteste, a indiqué M.Afghani.

    Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a exprimé jeudi, lors d'une rencontre avec les représentants du Royaume-Uni et des six monarchies membres du Conseil de coopération du Golfe, la préoccupation de Washington face aux photos qui lui avaient été présentées par le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Nayef. M.Kerry a déclaré que les clichés, qui n'ont pas été publiés, montrent "des missiles iraniens déployés à la frontière saoudienne". Le secrétaire d'Etat a mis en garde contre la menace posée par l'envoi de missiles et d'autres armes sophistiquées iraniennes au Yémen, "qui s'étend bien au-delà du Yémen et n'est pas seulement une menace pour l'Arabie saoudite et la région". 

    La porte-parole du département d'Etat américain Elizabeth Trudeau a par la suite déclaré que les Etats-Unis pourraient adopter des sanctions unilatérales contre l'Iran, qu'ils soupçonnent de livrer des armes aux rebelles yéménites.

    Selon l'expert et diplomate iranien, ces spéculations font partie "du projet baptisé Iranophobie et destiné à cacher les crimes" américains et saoudiens dans la région.

    "Ces déclarations sont un signe de la défaite politique des Etats-Unis. Un vainqueur ne monte jamais des accusations infondées contre son adversaire", a ajouté le diplomate.

    M.Afghani a estimé que les Américains et les Saoudiens, qui soutiennent la guerre, "n'ont aucun droit de décider du sort du Yémen" et doivent permettre aux Yéménites de s'entendre au moyen d'un dialogue politique au niveau national.

    "Les mains des Américains, de la dynastie saoudienne et de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite sont couvertes du sang des civils yéménites (…). Les chasseurs américains mis à la disposition de l'Arabie saoudite bombardent ouvertement des quartiers résidentiels des villes yéménites, tuant des civils (…). Les Etats-Unis livrent des armes à Riyad, qui servent à tuer des Yéménites (…). L'Arabie saoudite soutient les terroristes, y compris Daech, en Syrie et en Irak", a déclaré l'expert.

    Il a rappelé que l'Onu avait protesté à maintes reprises contre les bombardements des civils au Yémen et a même inscrit l'Arabie saoudite sur sa liste noire des pays et organisations violant les droits des enfants.

    "Malheureusement, le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a par la suite cédé à la pression de Riyad en retirant l'Arabie saoudite de cette liste. C'est aussi surprenant: le secrétaire général d'une organisation censée être un symbole de protection et de maintien de la paix, de lutte contre l'agression et l'oppression des peuples, avoue qu'il a été +obligé de le faire+", a poursuivi M.Afghani.

    D'ailleurs, si l'Iran souhaitait accorder une aide directe au Yémen, "il le fera car il ne craint personne" et lutte déjà contre le terrorisme dans plusieurs pays, d'après l'expert.

    "Nous aidons les Palestiniens en leur envoyant des armes (…). Nous participons au conflit en Syrie: nos conseillers militaires combattent aux côtés des militaires syriens contre les terroristes. Et nous en sommes fiers. Nous envoyons des armes à l'armée irakienne, aux milices Al-Hashd Al-Shaabi (forces de mobilisation populaire) qui luttent contre le terrorisme. Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu soutiennent cette guerre antiterroriste contre Daech et le Front al-Nosra", a rappelé le diplomate iranien.

    L'Iran agit dans le cadre des normes internationales alors que "les Etats-Unis entendent blanchir les terroristes du mouvement Front al-Nosra en leur donnant d'autres épithètes et noms", a conclu M.Afghani.

    Dossier:
    Opération militaire au Yémen (2015) (122)

    Lire aussi:

    Nouvelle frappe contre un hôpital MSF au Yémen: "Les gens n'ont plus accès à la santé"
    Une frappe de la coalition arabe tue une dizaine d'enfants au Yémen
    La coalition menée par Riyad largue une bombe sur un marché au Yémen, plus de 30 morts
    Tags:
    aide militaire, meurtre de civils, accusations, missiles, livraisons d'armes, Hachd al-Chaabi, Ansarullah, Adel al-Jubeir, Elizabeth Trudeau, John Kerry, Seyed Hadi Afghahi, Yémen, Arabie Saoudite, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik