Ecoutez Radio Sputnik
    Jarablos

    A la frontière turque, les habitants de Jarablus attendent de pouvoir y revenir

    © REUTERS/ Stringer
    International
    URL courte
    Offensive de l'armée turque dans le nord de la Syrie (2016) (43)
    172225180

    Suite à l'invasion de Jarablus par les djihadistes de l'Etat islamique en 2014, bien des habitants de cette ville syrienne avaient fui en Turquie, mais, en apprenant que les terroristes en ont été délogés, des centaines de réfugiés sont venus à la frontière dans l'espoir d'y revenir au plus vite.

    Après la nouvelle du passage de Jarablus aux mains de l'Armée syrienne libre (ASL), soutenue par l'armée turque dans le cadre de l'opération "Bouclier de l'Euphrate", des centaines d'habitants de cette ville syrienne qui avaient trouvé refuge en Turquie sont arrivés à Karkamıs dans l'espoir de regagner leurs foyers au plus vite. 

    Si tout se passe comme prévu, la Turquie ouvrira sous peu sa frontière à titre unilatéral pour que les habitants de Jarablus puissent y revenir. 

    A Karkamıs, le correspondant de Sputnik a eu l'occasion de s'entretenir avec certains réfugiés syriens espérant revenir à Jarablus. 

    "Nous espérons tous que ce jour est proche. Quand les terroristes de l'Etat islamique (Daech) contrôlaient la ville, la vie y était insupportable", a raconté Abid Abdülhekim, âgé de 28 ans. 

    Ibrahim Isa, jeune homme de 25 ans, a avoué être très nostalgique de sa ville natale. 

    "Quand les hostilités finiront, des dizaines de milliers de personnes reviendront à Jarablus", a estimé l'interlocuteur de l'agence.

    Quoi qu'il en soit, beaucoup sont préoccupés par la présence dans la ville de nombreux groupes épars, ce qui pourrait déclencher de sérieux affrontements.

    "Notre maison a été occupée par les djihadistes de Daech. Nous voulons revenir à Jarablus, mais nous ignorons ce qui nous y attend", a indiqué Resit Hemo qui s'était réfugié avec sa famille à Karkamis, fuyant les djihadistes. 

    Le 24 août, l'armée turque, soutenue par les forces de la coalition internationale menée par les Etats-Unis, a lancé une opération visant à déloger Daech de la ville syrienne de Jarablus, frontalière de la Turquie. Les avions turcs ont porté des frappes contre Daech. L'opération a également engagé des chars et l'artillerie. 

    Selon les médias turcs, qui citent des sources militaires, il ne s'agit pas d'une opération terrestre turque en Syrie, mais d'une opération des troupes turques et de la coalition anti-Daech visant à créer un couloir pour les forces de l'opposition modérée syrienne et à chasser les terroristes de Jarablus. De leur côté, les autorités syriennes ont largement critiqué cette initiative d'Ankara. Damas a qualifié l'opération de la Turquie et de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis de violation de sa souveraineté.

    Dossier:
    Offensive de l'armée turque dans le nord de la Syrie (2016) (43)

    Lire aussi:

    L'opposition syrienne se range du côté des Kurdes à Jarablus
    Daech délogé de la ville syrienne de Jarablos
    Les chars turcs détruisent 70 cibles de Daech dans la ville syrienne de Jarablos
    Tags:
    djihadisme, réfugiés, Bouclier de l'Euphrate (opération militaire turque), Armée syrienne libre (ASL), Sputnik, Etat islamique, Resit Hemo, Ibrahim Isa, Abid Abdülhekim, Karkamis, Jarablus, Turquie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik