Ecoutez Radio Sputnik
    L'armée turque a effectué une centaine de frappes sur les positions kurdes en Syrie?

    L'armée turque a effectué une centaine de frappes sur les positions kurdes en Syrie?

    © AP Photo/ Ismail Coskun
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (été 2016) (19)
    1304656951

    L'armée turque a frappé 108 sites terroristes situés aux abords de la ville syrienne de Jarablus. Cependant, l'état-major général n'a pas précisé si les sites étaient occupés par Daech où par le Parti kurde de l'union démocratique.

    Depuis lundi, l'armée turque a effectué 108 frappes d'artillerie sur les positions des terroristes aux abords de la ville syrienne de Jarablus située à la frontière turque. Suite aux tirs, l'armée turque a détruit 21 cibles, a déclaré mardi l'état-major général des forces armées turques.

    Cependant, il ne précise quelles cibles exactement ont été frappées: des positions du groupe terroriste Etat islamique ou du Parti de l'union démocratique (PYD), un parti kurde de Syrie qu'Ankara accuse d'être associé au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qualifié de terroriste en Turquie.

    Il a été également noté que les forces de la coalition internationale menée par les Etats-Unis avaient détruit deux sites terroristes.

    L'armée turque a lancé une opération militaire dans la ville syrienne de Jarablus située au nord du pays le 24 août. Les terroristes ont quitté le lendemain, mais l'armée a continué à effectuer des frappes sur les positions kurdes dans la région.

    Dossier:
    Situation en Syrie (été 2016) (19)

    Lire aussi:

    Ankara pose un ultimatum aux Kurdes syriens
    A la frontière turque, les habitants de Jarablus attendent de pouvoir y revenir
    L'opposition syrienne se range du côté des Kurdes à Jarablus
    Merkel appelle les Turcs allemands à ne pas jeter de l'huile sur le feu
    Tags:
    Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Turquie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik