Ecoutez Radio Sputnik
    Casino roulette

    Casinos, strip-tease… le Pentagone au cœur d’un nouveau scandale

    © Photo. Pixabay
    International
    URL courte
    143026323

    Le Pentagone ferme les yeux sur le fait que ses employés utilisent leurs cartes de crédit professionnelles afin de payer dans des casions et des clubs de strip-tease.

    Le département de la Défense des Etats-Unis a récemment mené une enquête qui jette une lumière peu favorable sur les activités de ses employés: certains d'entre eux n'hésitent pas à se servir de leurs cartes de crédit professionnelles pour passer du bon temps dans des casions et des clubs de strip-tease. Pis encore, les hauts représentants du Pentagone semblent passer délibérément ce fait sous silence, sans leur infliger de sanctions disciplinaires.

    Concernant le montant de ces dépenses "imprévues", il s'élève à 1.100.000 dollars (986.590 euros), au plus bas mot, selon un nouveau rapport du département.

    "Les hauts dirigeants du Pentagone, poursuit le rapport, n'ont pas pris les mesures nécessaires après avoir appris que leurs employés utilisaient leurs cartes professionnelles à mauvais escient".

    En outre, le Pentagone "n'a pas rien fait pour empêcher un recours abusif supplémentaire", fustige le rapport.

    Ce n'est pas la première fois que le Département se retrouve au cœur d'un scandale financier. Le Pentagone a auparavant été prié de rendre compte de l'utilisation des milliers de milliards de dollars des contribuables américains.

    Cependant, le Département n'a jamais donné suite à ces demandes. Ainsi, le Pentagone n'a pas révisé son budget depuis une vingtaine d'années, ce qui fait peser beaucoup de doutes sur ses activités financières.

    Lire aussi:

    Des hackers piratent le réseau informatique du Pentagone
    Armure Iron Man: soldat du futur ou délire du Pentagone?
    Pentagone: d'ici 2035, la Russie et la Chine dépasseront les USA et leurs alliés
    Tags:
    dépenses, corruption, Pentagone, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik